La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Sa mère", Safia Azzeddine

"J’avais toute confiance dans les fous. Les décalés. Les turbulents, à vif, grossiers ou ébranlés, les excessifs, les violents, saisis aux tripes, sans allégeance, l’âme en colère, inconséquents devant l’injustice, la plus infime, la plus absurde qui soit, aussi futile qu’une culotte vendredi portée un mercredi."

Marie-Adélaïde, née sous X, a la rage au ventre ; elle a un destin, mais ne sait pas encore lequel. Pas celui de caissière à La Miche Dorée. Pas non plus celui de ses rares copines, certaines connues en prison, d'autres camarades de galère et d'errance. Serait-ce celui de nounou des enfants impeccables de la Sublime ? Ou celui de retrouver sa mère coûte que coûte ? Son destin, elle va le chercher avec les moyens dont elle dispose : le culot, la parole qui frappe, l'humour cinglant, l'insoumission à son milieu, la révolte contre toutes les conventions. 
C'est une héroïne de notre temps.

J'avais été bouleversée par Bilqiss, j'avais souri en lisant La Mecque-Phuket, j'étais curieuse de découvrir le nouveau roman de Safia Azzeddine, au titre qui claque comme une interjection à la mode

Premier constat, plutôt agréable : la plume de l'auteur est toujours aussi acérée (et acerbe), elle balance les punchlines comme d'autres les bons mots, alternant traits d'humour (notamment sur les lecteurs de la rentrée littéraire, clin d'oeil assez priceless ou à propos de La soeur à Kevin elle monte sur Paris et la (pauvre) grammaire française qui résiste et traverse péniblement les siècles avec nous) et réflexions plus profondes, sur l'hérédité, le déterminisme social, la filiation, la maternité et le lien enfant-parents, comme dans ce très joli extrait, qui m'a beaucoup touchée : Une naissance pareille, quelle humiliation. Je m’en serais foutue, moi, de ne pas partir avec les mêmes chances dans la vie ; ce que j’aurais voulu, c’est partir avec elle. Qu’elle me choisisse, qu’elle m’aime n’importe comment, j’aurais voulu être son erreur, son boulet, j’aurais préféré m’en plaindre mais dans ses bras. Je l’aurais aimée à la rage, à la fureur, je l’aurais aimée de toute mon âme, de tous mes os, je l’aurais fumée d’amour, cette mère, si elle m’avait serrée contre elle comme dans une camisole de force, j’aurais voulu étouffer dans ses bras, sur ses seins, mourir d’amour sur elle, contre elle, mourir sereinement plutôt que de vivre grossièrement. (...) Parce qu’une mère, une bonne mère ne fait pas tout bien, elle fait plein de conneries, nous refile ses névroses et ses anévrismes, ses varices et ses pieds déformés mais elle laisse toujours la porte pas totalement fermée.

Malheureusement, j'ai été beaucoup moins conquise par le fond du roman que par sa forme. Certes, l'auteur a eu l'intelligence et l'audace de renouveler son type d'héroïne, mais Marie-Adélaïde, avec sa morgue, sa suffisance, presque, sa fougue et son envie "de ne pas venir de là-en-dessous", m'a passablement saoulée. Quelqu'un m'a très justement dit (coucou Ba Moun!) qu'à force de vouloir être l'écrivain des "petites gens", Azzeddine se perdait un peu, dans ce roman. Et il est clair qu'entre les familles d'accueil, la case prison, la copine qui veut porter le voile intégral, la Miche dorée et le job de nounou chez les "riches", le trait est un peu forcé... et peu subtil. Puis entre les attentats, Angélique Marquise des Anges, un éléphant rose, la pensée en arborescence et une final plutôt bisounours, on s'égare un peu, et on manque de profondeur. Dommage.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

argali 24/08/2017 20:12

Je ne l'avais pas listé et j'ai déjà lu plusieurs avis allant dans le même sens. Je passe.

Cynthia 23/08/2017 12:45

Je passe. J'attends ton avis sur Zero K ;-)

LaFée 23/08/2017 17:20

:-)

Noukette 23/08/2017 12:21

Dommage oui... Je ne connais toujours pas sa plume, il faudra quand même que je la découvre...!

LaFée 23/08/2017 17:22

La plume est vraiment belle et forte et incisive, c'est plutôt l'histoire ici qui est un peu too much

AMBROISIE 23/08/2017 10:47

J'ai beaucoup aimé l'extrait que tu as mis en tout cas, j'aime beaucoup de style fusé, furie, qui balance les mots et les vérités sans jamais se poser de questions ou de s'inquiéter du regard des autres. Je crois que je vais me renseigner cette autrice...

LaFée 23/08/2017 17:22

La plume est très belle, comme dans ses autres titres...

LaFée 23/08/2017 17:22

La plume est très belle, comme dans ses autres titres...

Jacqueline 23/08/2017 08:14

Un avis bien tiède ..Je passe ...

LaFée 23/08/2017 17:22

Merci d'être passée ici en tout cas!