La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Le Dernier repos de Sarah", Robert Dugoni

"Ce ne sont pas les morts qui enterrent les morts. Seuls les vivants peuvent le faire. "

 

 

Tracy Crosswhite a passé vingt ans à mettre en doute les faits qui ont entouré la disparition de sa sœur Sarah et le procès criminel qui s’en est suivi. Elle ne croit pas qu’Edmund House – le violeur qui a purgé sa peine et a été condamné pour l’assassinat de Sarah – soit le véritable coupable. Pour que justice soit rendue, Tracy est devenue enquêtrice criminelle dans la police de Seattle, et a dévoué sa vie à la recherche des tueurs.

Lorsque les restes de Sarah sont finalement découverts dans la ville où elles ont passé leur enfance, dans les montagnes de la région des Cascades, dans l’État de Washington, Tracy est décidée à obtenir des réponses à ses questions. Dans sa poursuite du véritable criminel, elle met à jour des secrets enfouis depuis longtemps, qui vont modifier la relation qu’elle entretient avec son passé, et ouvrir la porte à un danger mortel.

(quand mes enfants et leurs invités ont joué du clairon à 6h du mat' pour me réveiller)

(hier soir)

(quand j'ai tourné la dernière page et découvert qu'il était 02h30 du mat')

Vous l'avez compris, je n'ai fait qu'une bouchée de ce pavé de 500 pages. Parfois, ce que j'aime avec les livres, c'est juste leur capacité à nous faire décrocher du réel, à nous mettre dans une bulle, pour une heure (ou deux, ou trois, ou...), comme un bon film qui nous transporte ailleurs. Et Le dernier repos de Sarah m'a fait cet effet-là. J'étais plongée dans cette histoire pourtant fort peu originale, au point d'embarquer le roman avec moi un peu partout pour lire quelques pages en touillant dans ma casserole ou pendant que les enfants se brossaient les dents. J'étais dans cette petite ville so USA, avec ces gamines championnes de tir (no comment), avec cette population marquée au fer rouge par la disparition d'une d'entre elles et avec celle qui reste devenue adulte. Bref, en en mot comme en cent, j'ai adoré ce roman.

J'ai toujours eu un faible pour les romans judiciaires, ceux qui passent de longues pages à détailler des procès, et certains passages du Dernier repos de Sarah m'ont fait penser au (très bon) Défendre Jacob publié, il me semble, chez le même éditeur. Ajoutez à cet aspect un petit air de cold case, puisque les événements se passent vingt ans après la disparition de Sarah, un petit bout de romance qui, pour une fois, ne m'a pas déplu (oui, parfois, sans que je ne sache pourquoi, mon côté chamalow ressort), une alternance narrative classique mais efficace, des rebondissements mesurés et surprenants, et juste ce qu'il faut de suspense crescendo à la fin pour pousser le lecteur à tourner les pages jusqu'au dénouement, et vous aurez la parfaite recette d'une soirée lecture réussie. Alors oui, certains éléments sont convenus, l'auteur ne révolutionne pas le genre, oui, on s'attend à certains trucs, certaines coïncidences sont peu grosses, oui, oui, oui. Mais je n'ai pas boudé mon plaisir, et je suis certaine que vous serez comme moi si vous vous décidez à ouvrir ce qui semblerait bien être le premier épisode d'une série. Damned, je me suis encore fait avoir, je crois :-)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article