La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

" L'enchanteur", René Barjavel

"Nous ne savons plus qui est celui qui nous manque et nous attendons sans cesse, mais nous savons bien qu'il y  a une place vide dans notre coeur."

"Qui ne connaît Merlin ? Il se joue du temps qui passe, reste jeune et beau, vif et moqueur, tendre, pour tout dire Enchanteur. Et Viviane, la seule femme qui ne l'ait pas jugé inaccessible, et l'aime ? Galaad, dit Lancelot du Lac? Guenièvre, son amour mais sa reine, la femme du roi Arthur ? Elween, sa mère, qui le conduit au Graal voilé ? Perceval et Bénie ? Les chevaliers de la Table Ronde ? Personne comme Barjavel, qui fait le récit de leurs amours, des exploits chevaleresques et des quêtes impossibles, à la frontière du rêve, de la légende et de l'Histoire. Dans une Bretagne mythique, il y a plus de mille ans, vivait un Enchanteur. Quand il quitta le royaume des hommes, il laissa un regret qui n'a jamais guéri. Le voici revenu."

Bien sûr, il s'agit d'une relecture "scolaire", puisque j'ai donné ce titre à mes élèves pour les vacances de Noël (méchante prof que je suis, je sais Emoticone et smiley diable content ). Bien sûr, j'avais de vagues souvenirs (plus de vingt ans déjà, je crois!) du roman, et puis surtout, bien sûr, la matière de Bretagne, c'est un sujet que je "maîtrise", puisque j'ai bouffé du Chrétien de Troyes jusqu'à plus soif (mais avec bonheur) pendant mes études, et que chaque année, en classe de 4ème, je travaille sur la littérature médiévale. Alors oui, Arthur, Merlin, Perceval et les autres, ce n'est pas une découverte. Le Graal, le Siège Périlleux, la Quête, le Château Aventureux, les miracles, les batailles, les amours interdites, tout cela, je connaissais. Et pourtant, je ressors de cette lecture avec les yeux qui brillent, une nouvelle fois conquise par ce roman merveilleux (j'ai failli écrire "magique", mais dans le contexte, ce serait trop facile. Mais, à bien y réfléchir, "merveilleux", lui aussi... Bref.). 

J'avais oublié (mais comment ai-je pu!) l'incroyable fluidité du texte, celle qui fait que ces quasi 500 pages (je vous parle de la tête de mes grands dadais devant "le pavé", ou vous l'imaginez bien?) se tournent presque toutes seules (comme par magie? ok, j'arrête).Truffée d'anachronismes discrets, de touches d'humour (ah, les dragons et les jeunes filles vierges!), écrite dans une langue résolument moderne mais pourtant presque poétique, et presque médiévale aussi (ma prof d'ancien français me tuerait si elle lisait cette phrase, mais vous comprenez ce que je veux dire par là, je crois), cette histoire, par la magie (zut!) des mots, vous transporte littéralement il y  a plus de mille ans, en Bretagne. "Quelqu'un" (qui se reconnaîtra peut-être), m'a parlé hier d'une bulle, et c'est en effet bien là la marque d'un grand roman, celui qui vous submerge bien plus encore qu'il ne vous immerge (je crois que je fais un peu trop de philo pour l'instant) dans son univers. L'enchanteur est un de ceux-là, qui vous fait vivre à Camaalot, trembler et soupirer pour ces chevaliers de la Table Ronde qui deviennent vos compagnons de route et que vous avez bien de la peine (dans tous les sens du terme) à quitter.

Par dessus tout, j'avais oublié la force de ces histoires d'amour, et leur beauté. A cette époque où l'on ne croyait pas uniquement à ce qui était raisonnable, car  la raison rétrécit la vie, comme l'eau rétrécit les tricots de laine, si bien qu'on s'y sent coincé et on ne peut plus lever les bras, Merlin et Viviane s'aiment, Guenièvre et Lancelot, Perceval et Bénie s'aiment. Et c'est fort, tragique, superbe de profondeur et de drame, et c'est beau. Juste beau comme ne peuvent l'exprimer les mots, comme en témoigne cette page : 

Vous l'avez compris, si vous n'avez pas encore lu cette petite pépite, foncez! Et si vous l'avez lue quand vous étiez jeune (enfin, plus jeune quoi), n'hésitez pas à vous replonger dans cette histoire qui, comme vous, ne vieillit pas. Puis venez me dire ce que vous en avez pensé, surtout, que je compare avec le ressenti de mes ados de 15 ans :-). Mais tout de même, 

 

(désolée, c'était trop tentant!)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julia 25/03/2017 22:12

Je l'ai lu à 15 ans avec passion! Tellement de passion que je l'ai rangé dans ma "boite à chose" à rouvrir "quand je serai grande". Je crois que je ne serai jamais vraiment grande mais qu'il est grand temps que je redécouvre ce roman!

LaFée 26/03/2017 10:35

Quelle merveilleuse idée que cette boîte! <3 Je me réjouis de lire ce que tu en penseras avec tes yeux de presque grande....

AMBROISIE 12/02/2017 12:21

En ayant lu ton avis je ne peux que le sortir de ma PAL et le lire dans les semaines qui suivent !

LaFée 12/02/2017 13:39

Si tu aimes la littérature médiévale, tu risques bien de tomber sous le charme! Viens me dire, surtout, si tu le sors de ta pal :-)

Moka 19/01/2017 00:04

Je n'ai jamais lu ce Barjavel. Je n'ai lu que La nuit des temps à vrai dire. Mais je l'ai acheté l'année dernière et il m'attend sur ma PAL.

LaFée 12/02/2017 13:39

Tu vas adorer je le sais!

Marguerite 18/01/2017 20:51

Ooooh mon premier Barjavel <3 ... Lecture imposée pour ma prof, que je ne remercierai jamais assez, puisqu'elle m'a permis de découvrir cet auteur. Tu me donnes envie de le relire, tiens...

LaFée 12/02/2017 13:39

Il est splendide en effet ❤️