La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Chance", Kem Nunn

"Il y a deux catégories de douleurs dans la vie. La douleur de la discipline et la douleur du remords."

À San Francisco, la vie bien ordonnée du docteur Eldon Chance est en train de partir à vau-l'eau. À bientôt cinquante ans, le brillant neuropsychiatre récemment divorcé commence à trouver son quotidien ennuyeux. Ce vide est bientôt comblé par la soudaine fascination qu'il éprouve pour une de ses patientes, la très séduisante mais très instable Jaclyn Blackstone. Hélas pour lui, le mari de celle-ci, un flic corrompu et dangereux de la brigade criminelle, est d'une jalousie féroce et personne ne souhaite l'avoir pour ennemi. Peu à peu, l'obsession que Chance nourrit pour Jaclyn va l'entraîner dans une histoire autrement plus sombre et complexe que ce qu'il avait imaginé... 

Une fois n'est pas coutume, j'ai été déçue par ce titre pourtant paru chez Sonatine, mon chouchou en matière de thriller. 

Premier  constat : je ne suis définitivement pas une rigolote. Chaque (et pourtant elles sont nombreuses) touche d'humour (même le plus noir) a fait flop : au mieux j'ai levé les yeux au ciel, au pire, j'ai soupiré bruyamment. 

Deuxième constat : je ne suis pas prête à entamer une psychanalyse. Dieu que ça m'a gonflée, tous ces passages sur les maladies mentales et leurs prises en charge! Impossible de ne pas avoir la puce à l'oreille, en plus : entre personnalités multiples, manipulation et schizophrénie, les ficelles sont un poil lourdes. Alors certes on se perd vite en conjectures et on finit par perdre le fil, ce qui est sans doute le but, mais le problème est que l'on réalise assez vite que l'on se moque bien de comprendre. Le sort de Jaclyn nous importe peu, les ennuis de Chance ne nous passionnent pas, et même ce qui devrait constituer le noeud de l'intrigue nous passe au-dessus de la tête.

Troisième constat : j'ai vraiment du mal avec les conn*rds. Dans la vie, évidemment, mais aussi dans les livres. Et clairement, Docteur Chance est un personnage hautement antipathique, qui se lamente sur son sort, prend les mauvaises décisions, se révèle vite sans éthique et sans loyauté. Mauvais père, mauvais médecin, mauvais ex-mari, il cumule, on frise la caricature, et ça me saoule. Heureusement, certains personnages "secondaires "(ah, D.!) rattrapent un peu le coup. Mais "un peu", ce n'est jamais assez :-)

Une déception donc. Au suivant!

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène 16/01/2017 11:15

Ah mince, j'ai adoré "surf city" !

Jacqueline 14/01/2017 22:42

A fuir donc ......:)

argali 14/01/2017 19:02

Je ne connais pas ce livre, il ne m'attire pas mais tu m'as bien fait rire !
Donc, tu n'es pas une rigolote, je note. :D