La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Le Sang du monstre", Ali Land

"Un conte amérindien où le vieux Cherokee raconte à son petit-fils qu’en chacun de nous se livre une bataille entre deux loups. L’un est méchant, l’autre bon. Le garçon demande à son grand-père, quel loup gagne ? Et le vieillard de lui répondre, celui que tu nourris."

Après avoir dénoncé sa mère, une tueuse en série, Annie, quinze ans, a été placée dans une famille d’accueil aisée dans un quartier huppé de Londres. Elle vit aujourd’hui sous le nom de Milly Barnes et a envie, plus que tout, de passer inaperçue. si elle a beaucoup de difficultés à communiquer avec ses camarades de classe, elle finit néanmoins par se prendre d'affection pour une ado influençable du voisinage. Sous son nouveau toit, elle est la proie des brimades de Phoebe, la fille de son tuteur, qui ignore tout de sa véritable identité. À l’ouverture du procès de la mère de Milly, qui fait déjà la une de tous les médias, la tension monte d’un cran pour la jeune fille dont le comportement va bientôt se faire de plus en plus inquiétant.

Délicieusement malsain. Honteusement malsain, même. Limite on se sent mal de dévorer ces pages, tant le sujet est... difficile? dérangeant? inquiétant? Tout cela à la fois.

Des enfants morts. Des enfants abusés. Des voix que l'on entend presque vous chuchoter à l'oreille pendant la lecture. Des scènes plus suggérées que montrées (Dieu merci) mais quand même, qui vous collent à la rétine et qui vous foutent le bourdon, voilà l'ambiance de fond de ce Sang d'un monstre (mais quel titre mauvais-mauvais-mauvais!). C'est Milly qui parle, c'est sa voix, perturbante et touchante, qui nous raconte son histoire, celle d'une enfant qui n'en est plus vraiment une, "élevée" par un monstre cachée dans les habits d'une "mère", et qui essaie, tant bien que mal, de continuer à vivre. Une nouvelle vie, donc, ou presque, avec "ça", avec un procès qui s'annonce, avec une famille d'accueil dans laquelle elle ne se sent pas si bien que ça, une nouvelle école, et Sa Majesté des mouches comme une mise en abîme. Elle est bizarre, Milly, et dès les premières lignes, on ne sait quoi en penser : "bon sang ne saurait mentir", vraiment? Quel est le poids de l'hérédité, de l'inné, de l'acquis? Chaud et froidSang et tête. Mais que se passe-t-il si on est né d'une personne qui est les deux à  la fois?

La tension est palpable, dès le départ, et elle ira crescendo jusqu'à la fin, un peu décevante, il est vrai, mais c'est un détail tant ce roman est prenant. Tant, finalement, on prend plaisir à être ce monstre derrière le trou dans le mur. J'ai raconté l'histoire, encore. Et encore. Je leur ai tout raconté. Enfin. Presque tout. Et c'était vachement bien. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Moka 21/12/2016 18:31

Ta chronique m'interpelle. J'aime ces romans qui dérangent...

Jacqueline 21/12/2016 15:55

Je me doutais que ce roman te plairait ..... :)