La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"The Girls", Emma Cline

"The Girls", Emma Cline

"Ce monde caché qu'habitent les adolescents, se contentant de faire surface quand ils n'ont pas le choix, pour habituer leurs parents à leur éloignement. J'avais déjà disparu".

Nord de la Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Fille unique et mal dans sa peau, elle n'a que Connie, son amie d'enfance. Lorsqu'une dispute les sépare au début de l'été, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté, les tenues débraillées et l'atmosphère d'abandon qui les entoure la fascinent. Elle tombe sous la coupe de Suzanne, l'aînée de cette bande, et se laisse entraîner dans le cercle d'une secte et de son leader charismatique, Russell. Caché dans les collines, leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l'adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s'y faire accepter. Tandis qu'elle passe de moins en moins de temps chez sa mère et que son obsession pour Suzanne va grandissant, Evie ne s'aperçoit pas qu'elle s'approche inéluctablement d'une violence impensable.

C'est sans doute ma faute. Mea Culpa. Quand j'ai lu un peu partout que ce roman était librement inspiré de "l'affaire Charles Manson", j'avais déjà un scénario et plein d'images en tête. Grossière erreur. Frustration. Le gourou charismatique et sa bande de dégénérés du bulbe (j'ai piqué l'expression à ma copine Cajou, découvrez ici son billet) sont en périphérie de l'histoire, on les devine derrière Russell, derrière Suzanne, derrière the girls, derrière la scène quasi-finale, évidemment, mais ils ne sont presque qu'un prétexte, en fait (dites-le un peu cinq fois d'affilée très vite, pour voir?). Un prétexte à un roman sur le mal-être adolescent durant cette période qui a marqué l'Amérique. Sexe, drogues et rock and roll. Perversion. Manipulation. Et cette dévorante envie d'exister qui consomme Evie. Pauvre Evie. Pauvres filles. Le monde les engraisse avec des promesses d'amour. Elles en ont terriblement besoin et la plupart d'entre elles en auront si peu. Tout est là, tout part de là. Dans une ambiance qui n'est pas sans rappeler 

Evie se laisse embarquer, elle a envie de croire que le ranch peut être sa maison, et the girls sa famille. On n'est pas sérieux quand on a quatorze ans, On se laisse griser./ La sève est du champagne et vous monte à la tête... / On divague ; on se sent aux lèvres un baiser / Qui palpite là, comme une petite bête... Le malaise est partout, et le Mal jamais bien loin.

L'écriture d'Emma Cline est aussi éthérée que l'est l'ambiance générale, c'est joli, mais j'avoue être restée un peu en dehors de cette (pseudo) poésie, sans doute parce que j'ai trouvé un peu forcée et inutile la narration alternant entre passé et présent, et que je me suis moi aussi égarée en chemin.

Il n'en reste pas moins que The girls est un premier roman réussi, culotté et glauque, un roman très visuel aussi, comme en témoigne ce très beau teaser.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Fanny 20/03/2017 14:41

Je viens de publier mon avis sur The Girls qui n'a pas franchement rencontré mes attentes..Mais je suis maintenant intéressée par "California Girls" :-D

Camilla 25/09/2016 19:33

Un roman que j'aimerais beaucoup découvrir :)

LaFée 25/09/2016 21:11

Viens me donner ton avis surtout :-)

Noukette 22/09/2016 22:55

J'ai trouvé ce premier roman incroyablement maitrisé, bluffant même !

LaFée 25/09/2016 21:11

Je suis moins enthousiaste que toi, c est sur :-)

Moka 19/09/2016 21:45

Je suis tentée depuis les premières chroniques !

LaFée 19/09/2016 22:56

Tu me diras de quel côté de la balance tu penches :-)

Jerome 15/09/2016 12:48

Il est sur mon étagère, yapluka !

LaFée 19/09/2016 22:57

Je ne sais pas trop si tu seras 200% convaincu...

Electra 15/09/2016 10:42

tu es la première à "moins aimer" mais peut-être en parle-t-on trop et donc on s'attend à plus ? bon Manson et moi ça fait deux donc je ne pense pas le lire. J'adore Sharon Stone ;-)

LaFée 19/09/2016 22:57

Sans doute, oui :-)

Jacqueline 15/09/2016 08:09

Il est dans ma "pal liseuse" .......Il attendra car je ne suis pas certaine qu'il soit "pour moi" .......:)

LaFée 19/09/2016 22:57

Je me réjouis d avoir ton avis!

Marie-Claude Rioux 15/09/2016 01:08

Mais il est partout sur la blogo, ce roman! Une lecture mi-figue mi-raisin, si je lis bien? Je l'ai noté, mais je ne suis pas pressé de mettre la main dessus.

LaFée 15/09/2016 06:57

Tu lis bién :-) Un roman fort, mais qui m a laisée un peu sur ma faim.

Cajou 14/09/2016 23:15

C'est fou ça, on a été touchées/marquées par la même phrase du livre qu'on a toutes les 2 citées ! <3

LaFée 15/09/2016 06:58

Elle est très jolie, cette phrase, et elle résume tellement bien Evie ❤️

Scarlett Julie 14/09/2016 22:41

En demi-teinte donc :/
C'est toujours le risque quand on attend énormément d'un roman ...

LaFée 14/09/2016 22:45

En effet, comme le dit l expression : c est le jeu ma pauvre Lucette :-)