La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"La Ballade de l'enfant gris", Baptiste Beaulieu

"Rien n'est terrible dans une vie, sauf ça : quand ce qui est fait ne peut être défait".

C’est l’histoire de Jo’, jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit.
C’est l’histoire de No’, un petit garçon de sept ans attachant et joueur, qui est atteint d’un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas plus souvent le voir à l’hôpital.
C’est l’histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l’autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
Un matin, dans la chambre de l’enfant, survient un drame qui lie à jamais le destin de ces trois êtres.
Jo’ devra tout quitter pour partir sur les traces de Maria et percer ses mystères.

Alors voilà, No', c'est aujourd'hui que ton histoire sort en librairie. Tu sais, No', ton papa (celui de papier) s'est trompé : dans son dernier livre, il disait " Alors vous ne serez plus jamais triste", et bien, ce n'est pas vrai. Aujourd'hui je suis un peu triste. Mais c'est une jolie tristesse, je crois, celle d'avoir fait un bout de chemin avec ta maman, Jo' et toi, et de devoir vous lâcher la main. Puis celle de tous les hopitaux du monde, aussi, remplis d'enfants gris et de soignants au coeur qui déborde. Et celle de me dire que ces enfants-là, ils n'ont pas tous la chance d'avoir des oréos au dentifrice et une infirmière en chef atteinte du syndrôme de Gilles de La Tourette, roulure, radasse, résidus, ramassi de chiure! C'est une tristesse douce aussi, parce que ce qui me reste de vous (attention, c'est presque devenu un gros mot, j'espère que Jo' va te cacher les oreilles!), c'est l'amour, parce  que c'est vrai, les mères, ça aime un peu trop fort, mais toutes les mères sauveront le monde, à la fin des temps. Et ta maman, No', avec ses failles, ses zones d'ombres, son passé et son côté "pas comme il faut", je sais qu'elle va toucher bien des lecteurs. Parce qu'elle n'est pas parfaite, parce qu'aucune maman ne l'est, et que c'est très bien ainsi.

Alors voilà, No', c'était pourtant pas gagné d'avance, cette affaire. Une histoire qui sent le désinfectant et l'urine froide, avec un infirmier atteint d'infantôme, très peu pour moi. Sauf que j'aime beaucoup ton papa, que je suis ses aventures drôles-amères sur Facebook depuis un petit temps déjà, et que j'avais envie de voir ce que ça donnerait sur la longueur, une sensibilité et un humour pareils. Alors voilà, je suis partie en voyage, à Rome, et à Jérusalem, j'ai mangé du fromage dégeulasse plein de vers et j'ai dansé dans des endroits bien peu recommandables, j'ai recontré des personnages hauts en couleurs, dans tous les sens du terme. Puis il y a eu la déchirure, et la chambre 33. Tu sais, No', il faut que je vous dise merci, à Jo', à ton papa et à toi. Merci pour la petite porte dans le matelas et pour le pont arc-en-ciel. J'espère ne jamais avoir à la franchir, tu sais, mais je suis heureuse de savoir que, quand même...

Alors voilà No', entre toi et moi, ce fut une brève mais bien belle collision d'humanité, un instant suspendu. Le nombre total d'étoiles dans l'univers tombe-t-il pair ou impair, finalement, No'? J'espère que tu le sais, maintenant.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annick 20/11/2016 08:02

Bravo

LaFée 20/11/2016 19:31

☺️☺️

Jacqueline 28/09/2016 12:42

A la lecture de la présentation de ce roman, j'ai de suite pensé : "Je passe" .......Puis, vint ton magnifique billet qui m'a "chamboulé" le cœur ..... Alors .....:)