La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Rêver", Franck Thilliez

"Rêver", Franck Thilliez

"Il y a toujours un rêve qui veille" (Aragon).

« Pour la plupart des gens, le rêve s’arrête au réveil. »

Si ce n’étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait ire d’Abigaël qu’elle est une femme comme les autres.

Si ce n’étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu’Abigaël dit vrai.

Abigaël a beau être cette psychologue qu’on s’arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l’emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l’un de l’autre, elle n’a pas trouvé mieux que la douleur.

Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l’accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s’exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l’enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

Un thriller en lecture commune avec Plume de Cajou (son avis ici), ça donne ceci :

Un pavé, présenté comme addictif. Un auteur qui joue avec son lecteur et lui glisse des petits mots à l'oreille. Une invitée originale: la narcolepsie, où quand rêve et réalité se mélangent. Le cauchemar n'est jamais bien loin. Une goutte d'eau et une chronologie explosée, qui vous force à garder les yeux bien ouverts (oui, je sais, elle est facile, celle-là).

Des hypothèses à la pelle, des questions, des réflexions, des "peut-être que", des "est-ce que tu crois que?". Des pages qui se tournent vite, une enquête qui tient en haleine, une histoire qui roule, vraiment, hyper bien pensée, comme un puzzle (aussi facile vu l'auteur, je sais!)  dont les pièces s'emboîtent à la perfection.

Au détour d'un "tu crois que c'est possible que....". Thilliez n'aurait pas assez confiance en son lecteur qu'll se sent obligé de placer autant d'énormes indices sur son chemin? Dans ce genre de lecture, une certitude trop tôt acquise est une déception, et Cendrillon, pour ses xxx ans... aussi, du coup. Puis la fin? WTF? Tout ça pour ça? Le méchant? Mais? Mais? Mais c'est tiré par les cheveux, et relativement sans intérêt, d'ailleurs?!

Du (très) bon, du moins bon, et une fin décevante, donc, si je résume. Mais un thriller qui fait le job, avec une pointe d'originalité, ce n 'est quand même pas si mal.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jacqueline 04/08/2016 16:25

Nous sommes d'accord ......malgré les bémols, un bon moment de lecture.....:)

argali 04/08/2016 14:14

J'avais raison, vous êtes d'accord.
Bon, ben, si quelqu'un peut me dire ce qu'il faut lire de Thilliez, peut-être essaierais-je un jour. Mais je n'aime pas le gore et celui-ci semble, comment dire...

LaFée 06/08/2016 15:09

Je t avoue que j ai un faible pour la série avec Sharko;-)