La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Rural Noir", Benoit Minville

"Rural Noir", Benoit Minville

"Si l'amitié était celles des âmes, les choix étaient ceux des hommes."

Bande son, l'inoubliable : ici

Ados, Romain, Vlad, Julie et Christophe étaient inséparables, ils foulaient leur cambrousse dans l'insouciance.  Tout a changé cet été-là. Un drame, la fin de l'innocence. Après dix ans d'absence, Romain revient dans sa Nièvre désertée, chamboulée par la crise, et découvre les différents chemins empruntés par ses amis. 

Quand Paikanne a fait référence (ici) à Stand by me, j'ai su que j'allais lire ce livre. A dix ans (et aujourd'hui encore un peu), j'étais amoureuse de River Phoenix. J'ai été bouleversée et marquée à jamais par My own private Idaho (quel bonheur, quand même, le cinéma des années 90!), et à sa mort j'ai versé des litres de larmes. Ce roman était fait pour moi.

Je ne sais pas si je vous l'ai déjà dit, mais j'ai grandi dans un tout petit village au nom imprononçable, où tout le monde se connait. Un village dans les années 90, un village où les gamins partaient en vadrouille le matin pour rentrer juste à temps pour le souper, où l'on enfourchait son vélo pour aller au Bois Robert jouer à se faire peur (juste à côté (enfin, "juste", quand on est enfant...) de la prison. Même qu'un jour y'a eu l'hélico parce qu'un prisonnier s'était échappé. Dieu qu'on a flippé. On n'a jamais pédalé aussi vite, je crois. Mais je m'égare.) Un village donc, avec ses querelles, son Dalton (l'idiot-ledébileléger-lemecpastoutnetmaisgentil, vous voyez?), son patois, sa fête sur la place, ses bigotes derrière leurs rideaux, ses mômes devenus adultes mais qui ne sont pas partis, qui ont épousé leur amour d'enfance et qui élèvent leurs enfants dans les chemins tracés depuis des générations. Ce roman était fait pour moi.

Parce qu'il sonne juste, d'abord. Et ça, franchement c'est rare : je me souviens encore de mon agacement à la lecture d'Edouard Louis (voir ici) et de sa France Profonde de carton-pâte. Mais Rural (noir) ne rime pas avec caricatural. (Oui, je sais. Pardon. Mais je suis en vacances, et mes neurones aussi!) La Nièvre, c'est comme partout, j'imagine : gangréné par le chômage, avec des gens qui peinent à joindre les deux bouts et qui boivent des bières en faisant griller des chipolatas au barbecue le dimanche soir. Le gang (enfin, ceux qui sont restés) n'échappe pas à cette réalité-là, et c'est dit sans détour, sans fioriture, avec des mots qui claquent et qui pètent. Pas de langue de bois, pas d'enjolivement, du brut de décoffrage. Très américain, quelque part, en fait. Parce que c'est Noir, très noir. On dirait un peu du Pollock, parfois, tellement ce noir est desespéré, mais c'est un noir qui brille un peu, de l'éclat de l'amitié inféfectible, malgré le temps et les galères. Un roman noir lumineux, rien que ça!

Puis c'est du noir qui bouge, et pas qu'un peu. Ca pète (je fais dans le comique de répétition aujourd'hui) dans tous les sens, on a un peu du mal à suivre la cadence tellement on est secoué. 

Rural Noir, premier polar de l'auteur, est un roman à découvrir. Parce qu'au-delà de sa sublime couverture, il réussit le tour de force de vous émouvoir et de vous mettre une sacré pression en même temps. Back in black réussi, donc .

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Leshakili 27/07/2016 21:37

J'aime beaucoup les romans noirs, très noirs ... donc je note précieusement ce titre !

Jacqueline 24/07/2016 21:29

Encore un mot concernant la fin de ton billet .... "sacrée pression" ....oui ....."nous émouvoir" ....dans mon cas, juste à l'annonce de la mort de Vlad, j'avoue ...

LaFée 24/07/2016 21:30

J ai écrasé une larme moi j avoue, au récit de M. Et jusqu au bout ;-)

Jacqueline 24/07/2016 20:38

Tout ce que tu écris de ce roman, je ne peux qu'être d'accord ....mais..... j'ai éprouvé une déception : c'est vraiment noir ....même si les retours en arrière sur l'amitié mettent de la lumière ..... Mon grand regret est de n'avoir pu "être en réelle compréhension, empathie" avec Julie (son couple avec Chris) et Romain (ses 10 ans d'absence).....

LaFée 24/07/2016 21:31

Romain m a moyennement convaincue mais Julie m a bcp touchée. Et j adore les romans noirs tu sais bien... Gros bisous Jacqueline!