La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Nos nuits deviendront des jours", Marie Fitzgerald

"Nos nuits deviendront des jours", Marie Fitzgerald

"Le jazz, ce n'est pas ce que tu fais, mais la manière dont tu le fais. Cette définition pourrait bien s'appliquer à la vie, dans le fond."

Claude vit seul et à quatre-vingts ans, il a décidé de n'en faire qu'à sa tête.
Corentin brûle de colère : devenir une bête à concours ? Très peu pour lui. Quand l'heure de la majorité aura sonné, il galopera le plus loin possible du giron maternel.
Alain est à la dérive. Mariage, boulot : tout fout le camp. Son seul refuge : un banc public auquel il reste accroché comme à un fond de casserole.
Carole est mariée et sous emprise. Fuir ? Et pour aller où ?
Quand Claude rencontre Alain, le pacte est conclu : à eux deux, secondés par Corentin, ils vont sauver Carole. Lors d'un voyage avec retour indéterminé, ces quatre solitudes vont s'apprivoiser autour de points communs insoupçonnés – l'espoir, la tendresse et, plus important encore : leurs rêves.

Dans la vie, tout est une question de timing. Clairement, lire deux feel good books en si peu de temps, ce n'était pas l'idée du siècle. Du coup, bah, je crois que j'ai fait une overdose de guimauve, et que je suis passée tout à côté de ce roman qui a pourtant tout pour plaire, à commencer par les nombreuses thématiques qu'il brasse : violence conjugale, perte d'emploi, ennui adolescent, tout cela est aussi actuel qu'intemporel, et amené avec finesse.

Une narration à quatre voix, quatre coeurs cabossés qui se rencontrent, quatre solitudes qui se téléscopent, voilà de quoi faire un joli point de départ à un roman qui respire les bons sentiments. Sauf que, à bien y regarder, tout est un peu tiré par les cheveux : réactions improbables, timing trop parfait, personnages un poil caricaturaux (les gentils, les méchants, comme dans la chanson de Fugain, quoi), hasards qui tombent à pic... J'avoue, j'ai plus tiqué sur tous ces détails agaçants que je ne me suis prise au jeu et laissée porter par la vague de tendresse qui déborde pourtant de toutes ces pages. Oui, je sais,

alors autant profiter de tous les petits moments de bonheur, tout ça, tout ça... Mais comme on dit chez moi, trop is te veel. Nonobstant (rien que ça, oui. Mais voyez vous, j'avais cette scène en tête depuis ce matin, alors je voulais la partager avec vous) ce gros bémol, qui m'a un peu (beaucoup) gâché le plaisir, je suis consciente que ce roman est plein d'espoir et qu'il se savoure comme une brochette de marshmallows(oui, je fais dans les comparaisons alimentaires ces derniers jours) : ça colle aux dents, mais ça fait du bien au moral.

Allez, une rencontre (un peu) râtée pour moi, mais peut-être un futur bon moment pour vous, qui sait?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacqueline 13/05/2016 18:01

La 4ème de couverture ne m'attirait déjà pas.... alors ton billet .....je passe ...:)

LaFée 14/05/2016 11:39

Tu fais bien, tu risques de trop lever les yeux au ciel^^

Noukette 13/05/2016 13:41

Bon, là je passe ;-)

LaFée 14/05/2016 11:39

Je te comprends :-)

Jerome 13/05/2016 12:16

Lire deux feel good books tout court n'était pas une bonne idée :)
Tu connais la phrase de Gide « on ne fait pas de bonne littérature avec des bons sentiments » ?
Bordel que je suis d'accord avec lui !

LaFée 14/05/2016 11:40

Un point pour Pinpin!

Scarlett Julie 13/05/2016 12:07

Un roman pour moi quoi ;) :p

LaFée 14/05/2016 11:40

Lis-le et tu me diras :-)