La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Trois jours et une vie", Pierre Lemaitre

"Trois jours et une vie", Pierre Lemaitre

"Ce qui ne surviendrait pas aujourd’hui serait une menace pour demain. Et pour toute une vie."

À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.
Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien… 

C'est drôle comme parfois quelques jours qui passent changent les choses. J'avais commencé ce billet il y  a plus d'une semaine, puis je l'ai abandonné, pour le reprendre aujourd'hui, et effacer les trois quart de ce que j'avais écrit. Quand je repense à cette lecture, là, maintenant, je n'en garde pas les mêmes images que samedi dernier. Les faits sont les mêmes, les constats aussi, mais je me rends compte que, finalement, c'est la partie qui, à mes yeux,  souffre du plus de défauts qui me reste en tête, et je me dis que, finalement, c'est elle que j'ai préférée, malgré ou à cause des ces défauts-là, sans doute.

Trois jours et une vie est un court roman, à mi chemin entre le blanc et le noir, un roman entre gris clair et gris foncé (oui, je sais, la référence est facile), et quand comme moi (et comme Cajou, lisez son billet ici) on n'aime pas les entre-deux, on commence par grincer des dents. Mais très vite, on oublie ce bémol, parce qu'on est est pris dans l'histoire, parce qu'on EST à Beauval. Et Beauval, ses bigotes, ses commérages, sa solidarité, ses mesquineries, sa mentalité de province, son bois dans lequel on peut encore jouer, ses enfants agglutinés devant l'unique console du vilage, son maire, son curé, sa fabrique de jouets, son médecin de famille, ses rideaux qui se soulèvent discrètement et ses mains qui se serrent dans l'adversité, Beauval, c'est la vraie réussite de ce roman. Beauval, c'est un village qui prend vie, une village comme celui de mon enfance, qui lui aussi a été secoué par une effroyable tempête quand j'étais petite, qui lui aussi a cette couleur sombre et terne des jours de pluie, comme une chanson de Jacques Brel. Cette première partie, celle du drame d'une vie, celle que j'ai trouvée longue, presque alanguie, c'est ma préférée. Parce que Lemaitre est un conteur, j'arrivais presque à sentir l'odeur de renfermé de la maison d'Antoine, à sentir sa peur, son mal-être, son amour pour sa mère, et à ressentir combien c'est étriqué, un village de province, combien on a la rage d'en sortir, de partir, de devenir quelqu'un. Ou d'essayer, seulement d'essayer, parce que la vie est une salope, et qu'on ne peut rien contre elle.

Puis, brutalement, arrivent les années 2000. "L'après"? Pas vraiment, juste "la suite", logique, implacable, mais beaucoup trop rapide à mon goût. Deux mots sur une feuille de papier, ce n'est pas assez, un jet d'urine sur une tigette non plus, une salle d'attente bondée et une femme volage, ça ne me suffit pas. Peut-être cela devrait-il, parce que c'est ainsi, la vie, il paraît. Cette suite, elle a des airs de tragédie grecque, la grandiloquence en moins, elle est sinistre, résignée, désespérée et désespérante, et mon côté bisounours optimiste en a pris un coup. Voilà qui m'apprendra, tiens...

En bref, un roman sombre comme un soir de Novembre, au rythme inégal, parfois trop court, parfois trop long, mais qui parle avec justesse de la Machine Infernale qu'est que le Destin Humain. Et  le destin n'aime pas que l'on embrouille son fil...

alors je vous dis " à tout bientôt", pour un billet sur un roman qui frise le wtf (ouais, je tente le teasing!)...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Au Fil des Plumes 12/04/2017 14:20

Je n'ai vraiment pas aimé ce roman. J'ai trouvé l'intrigue un peu faible...

Leshakili 02/04/2016 22:10

J'aime bien ce qu'écrit cet auteur donc je risque fort de me laisser tenter par ce roman...

Jacqueline 30/03/2016 22:29

Un roman que je termine à l'instant...... J'ai beaucoup aimé ..... Le personnage d'Antoine est finement analysé, Beauval et ses habitants, c'est criant de vérité ....."Désespérance" est le mot qui me vient en tournant la dernière page ....
Mon bémol : les pages consacrées aux tempêtes et à l'inondation auraient pu être plus condensées ...

argali 30/03/2016 16:38

Je termine à l'instant mon billet qui paraitra la semaine prochaine. Je retrouve certains points communs dans le tien. Je l'ai lu d'une traite, accrochée malgré les imperfections. C'est sûr, il sait raconter une histoire.

LaFée 30/03/2016 16:55

Les gens organisés, ça m impressionne toujours! Je me réjouis de lire ton avis, je l attends avec impatience:-)

Noukette 30/03/2016 11:02

Lu et en attente de chronique... Je suis pas loin d'avoir le même ressenti que toi ;-)

LaFée 30/03/2016 16:56

Du coup j ai très envie de te lire :-)

Scarlett Julie 29/03/2016 19:20

Je veux le lire ! Surtout qu'il est dans ma PAL, faut juste que je trouve le temps :D

LaFée 30/03/2016 16:56

Il se lit très vite, tu verras :-)