La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

" A l'intérieur", Jodie Picoult

" A l'intérieur", Jodie Picoult

"Le cœur humain est pareil à une étagère. On peut y entasser beaucoup de choses, jusqu'au moment où tout dégringole et se casse en mille morceaux".

Adolescent atteint du syndrome d'Asperger, Jacob Hunt ne possède pas le mode d'emploi pour communiquer avec les autres. Enfermé dans sa bulle, il est pourtant d'une intelligence prodigieuse. Un sujet le passionne plus que tout : la criminalistique. Il parvient souvent à se rendre sur des scènes de crime, où il ne peut s'empêcher d'expliquer aux policiers comment faire leur travail. En général, il tombe juste.
Mais lorsqu'un assassinat se produit dans le quartier, l'attitude de Jacob est un signe flagrant de culpabilité pour la police. Pour la mère et le frère de Jacob, l'intolérance et l'incompréhension qui ont toujours menacé leur famille ressurgissent brutalement. Et cette question lancinante, qui ne laisse pas leur âme en paix... Jacob a-t-il, oui ou non, commis ce meurtre ? Quand votre fils ne vous regarde jamais dans les yeux... comment savoir s'il est coupable ?

Mesdames et messieurs, vous êtes ici pour déterminer si, oui ou non, il est judicieux de vous lancer dans la lecture du roman de Jodie Picoult, cette brique de plus de 600 pages, à la couverture mignonnette et au titre assez peu évocateur. Ma réponse est OUI, OUI, OUI, cent fois OUI.

(juste au cas où vous n'auriez pas bien compris)

Mesdames et messieurs, je sais combien vous tenez aux faits, ces éléments objectifs et sans appel, qui sont le reflet d'une vérité contre laquelle personne ne peut se lever. Les faits, les voici : 600 pages lues en moins de 48h, avec enfants, mari et copies à corriger ; une légère tendinite de la main gauche, celle sur laquelle se sont accumulées les pages lues ; des yeux secs, mais qui piquent un peu ; la découverte de répliques cultes de cinéma qui pourraient me faire gagner des points à la prochaine soirée "quizz culturel" ; la certitude que plus jamais je n'écouterai Bob Marley de la même façon, et que plus jamais je ne regarderai un gamin piquer une crise au milieu du supermarché de la même façon non plus ; un carnet de notes griffonné sur plus de dix pages (chacun ses obsessions, non? La mienne c'est les citations, les jolies phrases, les mots qui touchent, qui... Oui, pardon, vous avez raison, je m'égare. Revenons aux faits)(beurk) (Oui, ok, objection, tout ça, je sais) ; de nombreuses ressemblances avec d'autres titres (Défendre Jacob pour l'aspect judiciaire,  L'Etrange incident...  et Extrêmement fort.... pour le héros adolescent asperger) et pourtant un je-ne-sais-quoi de singulier qui fait de A l'intérieur un roman original, à part, unique, un savant mélange de ... Pardon? Je m'emballe? Mais vous pensiez sérieusement que j'allais m'en tenir à énoncer  platement des faits?

Mesdames et messieurs, pour vous convaincre, j'ai envie de vous dire que depuis que j'ai refermé ce livre, je n'arrête pas de penser à Jacob, à ses obsessions, à ses lubies, à ses monomanies, à son incapacité à tricher, mentir, respecter les codes sociaux, à sa façon bien à lui d'être extra-ordinaire (c'est tellement chiant, l'ordinaire, après tout), à Jacob, qui n'est peut-être qu'un touriste parmi nous, qui n'a peut-être pas les clés mais qui voit des serrures là où nous ne voyons que des trous. Je n'arrête pas de penser à Théo,  à son besoin d'un fix de foyer familial, à Théo, qui comprend sans comprendre que mal aimer c'est aimer quand même, qui doit bien vivre avec, à sa chambre pleine de jeux pour WII alors qu'il n'a pas de console, et je me demande si savoir qui est le grand et qui est le petit est si important, finalement. Je pense à Tatie Em, souvent, au lait de soja et à la caséïne, aux conseils que l'on donne et à ceux que l'on reçoit, à ce  rôle de mère, cette tâche sisyphéenne, à la culpabilité, que je connais si bien, aux choix que l'on pose et à ceux que la vie nous impose, à l'éducation, qui est une boîte de Raisin Bran.

(ça vous rappelle quelqu'un?)

Mesdames et messieurs, si je voulais vraiment vous convaincre de lire ce livre, je devrais aussi vous parler de sa multiplicité, vous dire qu'au delà de son aspect terriblement touchant et psychologiquement bien fichu, A l'intérieur est aussi un glaçant suspense, une crédible mise en scène de l'univers impitoyable (oui, comme celui de...) de la Justice (avec ou sans majuscule, d'ailleurs, à vous de voir). Alors, oui, si je devais être totalement honnête, je devrais aussi vous dire que la fin est un chouia rapide et gentillette, mais ce n'est qu'un détail, vraiment, au regard des très nombreuses qualités de ce roman. Oui, c'est un pavé, oui oui oui, mais allez, laissez-vous tenter, vous ne le regretterez pas!

 

(oui, je m'emballe, oui!)

(vous avez compris, là?)

Mesdames et messieurs, vous voilà convaincus, dites vous?

(yes! I did it!)

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 29/03/2016 11:40

Quel enthousiasme !!

Fanny/pagesversicolores 23/03/2016 10:06

Je dis OUI! Tu as achevé de me convaincre, après le bille de Plume de Cajou et le tien maintenant, je ne peux pas ne pas le lire!
Je suis d'ailleurs en train de lire un de ses autres livre "Pardonne-lui", qui est aussi une belle brique!

Fanny/pages versicolores 31/03/2016 18:06

Je l'ai lu :-) oui oui j'ai été aussi vite que toi! et j'ai aussi adoré. D'ailleurs, j'en ai fait une chronique aussi positive que la tienne! https://pagesversicolores.wordpress.com

LaFée 23/03/2016 20:50

Une brique qui se boit comme du petit lait c est du bonheur ;-)

Louise 23/03/2016 09:50

Je le veux là tout de suite!!! Zut

LaFée 23/03/2016 20:50

"Youpie" pas "zut" ;-)

Jacqueline 22/03/2016 15:21

Ton billet m'a convaincue .....d'autant plus que j'ai beaucoup aimé les livres déjà lus de cette auteure ......

LaFée 23/03/2016 20:50

Je me réjouis d avoir ton avis!