La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

" Les loups à leur porte", Jérémy Fel

" Les loups à leur porte", Jérémy Fel

"Il suffit d’un rien pour qu’un monde s’effondre. "

Fuyez, fans de bisounours et de licornes à paillettes, fuyez vite! Ce livre est terrible. Noir. Désespéré. Etouffant. Mais ce livre était fait pour moi, et pour tout ceux qui accepteront l'invitation de Jérémy Fel :

Prêts? Accrochez-vous, prenez une grande goulée d'air frais (vous risquez d'en manquer très vite) et regardez une dernière fois le monde avec vos yeux d'enfants. La plongée au coeur du mal commence...

Présenté comme un mélange de Twin Peaks, Stephen King et Joyce Carol Oates, ce roman avait déjà, sur papier, tout pour me plaire. Plein de références musicales et de clins d'oeil (Charing Cross Road  et Manderley , notamment), ce texte est une véritable matriochaka littéraire, un puzzle, un tour de force réussi haut la main et d'une complexité et d'une intensité rares. Ouais, je sais, j'y vais fort, mais je multiplie les superlatifs si je veux, d'abord, c'est mon coup de au coeur à moi, qui rejoint Le Diable tout le temps  et Reflex, c'est dire!

Au départ, il y a eu la frustration. Difficile de savoir dans quoi on met les pieds quand à chaque chapitre, on se retrouve dans une autre ville, un autre pays, un autre temps, dans une autre histoire et une autre vie. Une mère de famille inquiète, qui regarde derrière un rideau, qui attend. Un enfant enlevé, ou sauvé, difficile à dire. Une serveuse paumée dans un trou perdu des Etats-Unis. Une demeure malsaine peuplée de fantômes qui le sont tout autant, près d'Annecy. Une famille, comme la mienne ou la vôtre, qui s'apprête à dîner. Une douzaine de personnages au total, une douzaine d'univers pillés, dépecés, éventrés, que l'on quitte brusquement avec, au creux de la gorge, une envie de crier " mais pourquoi?", alors que l'on sait déjà que la réponse de l'auteur sera toujours la même :

N'en doutez pas, il y a du sadisme dans Jéméry Fel, mais pas que. Ces pages qui nous semblent presque décousues vont s'emboîter, plus ou moins bien, plus ou moins vite, et là viendra la stupéfaction. Telle une toile d'araignée monstrueuse, l'histoire se construit, les fils se tissent, et là, on se prend l'horreur en pleine face. Ce livre est rempli de cauchemars, de croquemitaines tapis en-dessous du lit et à l'intérieur de nous, de loups, partout, il est rongé par le mal, le vice et la violence, et comme les enfants à qui on lit des contes de fées (!!) le soir avant de quitter leur chambre, en les laissant seuls face à leurs peurs, on ferme les yeux très forts, mains sur les oreilles, un peu estomaqués par tant de noirceur et en même temps fascinés, conscients que, quelque part, aujourd'hui, dans le monde, sans doute que... Et puis, soudain, une lueur, faible, qui vacille, une lueur à laquelle on s'accroche comme un bébé à son doudou et là...

La peur au ventre de voir l'espoir disparaître. Une fois le livre refermé, on se surpend à croiser très fort les doigts comme le font les enfants (encore!), parce ces personnages-là sont encore avec nous, ils sont en vie, eux aussi, quelque part dans le monde, et on voudrait bien que...

Croyez-moi, les romans qui font cet effet-là sont rares, et je savoure ma chance d'avoir choisi d'ouvrir Les Loups à leur porte pour ma deuxième participation au

Je croise les doigts pour que n°3 soit à la hauteur, mais j'ai comme un doute... (teasing inside )

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Constance 23/09/2016 16:05

J'en suis à la page 65..après ton billet et celui de Cajou je n'avais pas le choix de le lire...et la comparaison avec Stephen King et Oates...ouh la la...pour l'instant je suis fascinée par l'ambiance très noir sans être véritablement effrayante...ça promet!!

LaFée 23/09/2016 17:39

Hiiii que je suis heureuse de lire ça!

Marie-Claude 26/09/2015 01:34

Il est commandé. Je devrais le recevoir la semaine prochaine.
«matriochaka littéraire»... J'adore l'expression!
Après avoir lu ce que tu en dis, j'ai trop hâte de m'y engouffrer.

jerome 18/09/2015 12:37

Et si je te dis que je l'ai commencé hier soir parce qu'une bonne âme a eu la gentillesse de me l'offrir...

LaFée 18/09/2015 13:06

Hiiiiii!

Cajou 15/09/2015 20:56

Je viens de lire ton billet une seconde fois. Et haaannnn j'ai tellement envie de le lire !! Vite que je trouve du temps ! <3

LaFée 15/09/2015 22:35

264 pages en numérique, je viens de vérifier :-)

Cajou 15/09/2015 22:22

448 pages sur le site de l'éditeur : moi j'appelle pas ça pas très long" huhuhu

Cajou 15/09/2015 22:21

Il est annoncé à 500 pages sur Amazon : ils déraillent ?

LaFée 15/09/2015 21:01

Il n est pas très long, tu devrais lui trouver rapidement un créneau. Et je suis certaine qu une fois commencé tu vas le lire sans respirer :-)

Cajou 15/09/2015 17:20

Oh punaise comme je veux le liiiiiiiiiire maintenant :O :O Mais j'ai déjà explosé mon budget rentrée littéraire :(

Léa Touch Book 15/09/2015 17:11

C'est un gros coup de cœur pour moi ^^

LaFée 15/09/2015 21:01

Je viens de lire ton billet et je suis d accord avec chacun de tes mots!

Marguerite 15/09/2015 17:03

Noté (ouep : court, concis, ça m'arrive)

LaFée 15/09/2015 17:06

A moi, jamais :-)