La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Amélia", Kimberley Mc Creight

"Amélia", Kimberley Mc Creight

" Parfois on n'arrive à évaluer la vitesse d'un courant que lorsqu'on est sur le point de basculer dans une chute d'eau".

À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amélia. En dépit d'un rythme professionnel soutenu, elle parvient à être à l'écoute de cette adolescente intelligente et responsable, ouverte et bien dans sa peau. Très proches, elles n'ont pas de secrets l'une pour l'autre. C'est en tout cas ce que croit Kate, jusqu'à ce matin d'octobre où elle reçoit un appel de l'école. On lui demande de venir de toute urgence. Lorsqu'elle arrive, Kate se retrouve face à une cohorte d'ambulances et de voitures de police. Elle ne reverra plus jamais sa fille. Amélia a sauté du toit de l'établissement. Désespoir et incompréhension. Pourquoi une jeune fille en apparence si épanouie a-t-elle décidé de mettre fin à ses jours ? Rongée par le chagrin et la culpabilité, Kate tente d'accepter l'inacceptable... Mais un jour, elle reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question : "Amélia n'a pas sauté".

Salut les bouffons!

Bienvenue dans la chronique 2.0 d'un roman dans l'air du temps, un roman mêlant statuts facebook, pages de blog, conversations sms, un roman où l'on parle "jeune", des fois, genre grave jeune, quoi, même, avec des daron et des reum, genre. Un roman plus profond qu'il n'en a l'air, un roman à la frontière des genres, des âges et des ressentis. A mi chemin entre stupeur, tendresse et suspense (et un peu de larmes aussi, à la fin, j'avoue), Amélia est (pour l'instant) ma meilleure surprise de la rentrée littéraire 2015 .

Alors non, ce livre n'est pas un thriller, même si la question du "mais que s'est-il donc passé" hante tout le roman. Evidemment, on veut connaître la vérité, mais finalement qu'importe, puisqu'Amélia est morte depuis la dixième page, et que, malgré cette petite voix en nous qui voudrait tellement que, on sait que les miracles n'existent pas. Ce livre n'est pas non plus un roman "sur l'adolescence", une thématique éculée et pourtant très à la mode, même si, oui, Amélia est une ado lambda, à l'âge des premières amours (pas toujours celles que l'on croit), des premières "bêtises", des questionnements et des rebellions. Ce n'est pas un livre sur le harcèlement scolaire, Dieu merci, il évite les écueils du genre, les caricatures, les mises en garde et les témoignages tire-larmes. Amélia n'est pas tout ca, et pourtant, Amélia  est tout ça à la fois, c'est ce qui en fait un livre intelligent, à multiples niveaux de lecture, qui a touché la mère et la prof que je suis et l'ado que j'ai été (mais non, ce n'est pas si loin ).

Sa force, c'est sa justesse. Oh, bien sûr, on n'échappe pas à quelques clichés made in USA, la copine Marie-couche-toi-là, le flic pas net, les voisines à la "Desesperate housewife" avec tartes aux pommes et langues de pute, on tique sur des détails (vous avez déjà vu un parent s'immiscer ainsi dans une enquête de police, vous?) et sur des incohérences ou des too much (Ben? Non mais allez, quoi!), mais on passe vite au-dessus. Parce que c'est une histoire d'amour, celle d'une mère imparfaite et de sa fille imparfaite, que c'est touchant de découvrir leurs points de vue, qui alternent et se rejoignent sans qu'elle ne le sachent (et ne le sauront jamais), parce que Kate est une mère crédible, moderne, débordée, un peu à la masse parfois, et qu'Amélia est attachante, un peu naive et nunuche, parce qu'elle se cherche et se trouve finalement, quand on y pense. Parce que c'est une histoire d'amitié aussi, celle à-la-vie-à-la-mort d'Amélia et Sylvia, malgré le temps qui passe et leurs chemins qui s'éloignent, et celle que voudrait Amélia, avec cette bande de pestes (et je pèse mes mots) de Magpies, ces Beverly Hills de pacotille, ces ersatz de

aux préoccupations adolescentes, aux mille sms, aux échanges insignifiants et à la cruauté (je l'espère) inconsciente, à la méchanceté et la perversité de celles qui sont du bon (beau) côté du miroir, genre (ahaha)

Même (et c'est assez rare que pour le signaler) les profs sonnent juste, ce directeur, cette prof d'anglais, cette infirmière, tous ces personnages de papier pourraient être vous, moi, vos collègues ou les miens, avec leur façon de gérer les événements "comme ils peuvent", ni wonderwoman ni démissionnaires. Mention toute spéciale et clin d'oeil perso à gRaCeFULLY, qui me semble être un plagiat honteux () de La Sorcière de  En Mille morceaux de Nicolas Ancion. Si se faire piquer son idée par une auteur américaine ce n'est pas le début de la gloire....

En bref, et vous l'avez déjà compris, je ressors 100% conquise de cette lecture, et je me réjouis déjà de pouvoir en discuter fin juin avec l'Elève qui a choisi ce roman pour son examen. Si le hasard te mène ici, petit padawan, que la force soit avec toi!

Nouvelle lecture pour

Edit : l'avis de Romain R.

 J'ai aimé ce livre car il montre combien les adolescents entre eux peuvent être cruels..  et montre le mal être des adolescents qui souffrent d'harcèlement. Cela permet de se mettre à la place de l'adolescent dans ce cas-ci Amélia qui subit cet tragédie et ainsi ressentir sa souffrance qui est si réelle.
Ensuite j'ai adoré ce livre car cela montre tout l'amour d'une mère, dans le roman Kate remue ciel et terre pour trouver la raison de la mort de sa fille, et elle ne baissera jamais les bras malgré les difficultés. Ce que tout bonne mère ferait pour son enfant et on peut donc s'identifier a ce personnage assez facilement.
De plus ce roman traite de (Attention spoilers) l'homosexualité vu qu'Amélia partage une relation homosexuelle avec Dylan et donc je trouve cela positif que l'on montre comment les personnes homos, de plus à l'adolescence  sont perçues.. Car clairement elle va être traité de toutes  sortes de grossièretés tellement choquante. Et je pense que c'est positif de montrer comment les jeunes et autres groupes n'acceptent pas la différence d'orientation sexuelle et à quel point certains sont prêt à tout pour détruire ces personnes en sachant à la base qu'il est difficile de s'affirmer en tant que personne homosexuelle.
Dernièrement j'ai aimé ce roman car il se passe 2 histoires en parallèles; celle d'Amélia 2 mois avant sa mort et celle de Kate après la mort de sa fille. Donc on peut voir ce qu'il s'est passé avant la mort d'Amélia pendant que Kate élabore des recherches pour trouver les raisons de la mort de sa fille. Il faut ajouter aussi le fait qu'il y a la présence de mails , des statuts Facebook, des conversations sms avec un langage plus jeunes et il faut avouer que cela ramène de la fraîcheur au roman. Le livre ce lit d'une autre façon, d'une nouvelle manière grâce à ce nouveau style d'écriture qui astucieuse et ainsi les 523 pages se lisent très rapidement. 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delphine-Olympe 24/09/2015 22:35

Je l'avais remarqué. Je n'en fais pas une priorité, mais je le garde donc dans un coin de mon esprit (meublé il est vrai déjà de monceaux de titres ;-)

Jacqueline 24/09/2015 08:41

Un billet qui dit "tout" ce que je pense de ce roman ...... J'ai été happée et conquise par ce livre ...:)

LaFée 24/09/2015 10:54

Je me doutais bien qu'il te plairait aussi : intelligent et touchant, c'est fait pour toi :-)

Velidhu - Que Lire ? 24/09/2015 08:22

Je l'avais repéré. Je suis contente de voir qu'il t'a plu car c'est le genre de livre qui peut être génial ou tout simplement affligeant... Je le note et si l'occasion se présente un jour.... je le lirai !

A bientôt !

Velidhu - Que Lire? 24/09/2015 21:06

Je n'y manquerais pas .

LaFée 24/09/2015 10:54

Viens me donner ton avis surtout :-)
Bisous!