La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Derniers instants", Steve Mosby

"Derniers instants", Steve Mosby

"Après tout, le passé n'est que le schéma sommaire du futur. A mesure que le temps passe, vous ajoutez des nouvelles lignes à ce schéma (ou on les ajoute pour vous), mais les premières subsistent et deviennent parfois les plus prononcées. Vous les avez repassées tant de fois".

Brisé par le suicide de sa femme, Alex Connor a tout quitté : son métier, ses amis, son pays. Lorsqu’il apprend que Sarah, sa meilleure amie, a été assassinée, il revient pour la première fois dans la ville où il a longtemps vécu. La police ne tarde pas à mettre la main sur le coupable. Mais en dépit des indications données par celui-ci, le corps de Sarah reste introuvable. Pendant ce temps-là, à l’autre bout du pays, Paul Kearney est sur les traces d’un tueur en série. Une femme vient d’être enlevée, il sait qu’il n’a qu’une semaine pour la retrouver. Alex et Paul sont l’un comme l’autre encore loin de s’imaginer vers quelle monstrueuse réalité ils s’acheminent...

C'est grâce à Dame Cajou (encore ) que j'ai découvert Steve Mosby, il y a quelques années déjà. J'avais frisonné avec Ceux qu'on aime, cru mourir de peur (au point de ne plus regarder la trappe de mon grenier de la même manière depuis...) avec Un sur deux, et été très déstabilisée par Les Fleurs de l'ombre (honnêtement, je crois que je n'ai pas tout compris/suivi dans celui-là, je l'ai lu en vacances, mon mononeurone devait donc être HS lui aussi), et c'est avec enthousiasme que j'ai ouvert Derniers Instants.

Verdict?

Derniers Instants est un thriller qui fait le job, comme on dit. De la tension qui va crescendo, de l'action, pile ce qu'il faut de psychologie pour que les personnages soient crédibles et attachants (sans être agaçants ni clichés) de la perversité et de la noirceur, mais aussi de la lumière et de l'amouuuur, le poids du passé, des méchants très méchants et un flic qui nous cache des choses, une construction intelligente qui nous pousse à tourner les pages de plus en plus vite, bref, un bon thriller. Mais j'avoue, il me manquait un petit quelque chose, cette angoisse sourde, ce poids sur la poitrine, la peur qui serre la gorge et que j'aime dans ce genre de roman. Puis sont venues les dernières cent pages, où tout s'emboîte et s'enchaine, qui m'ont laissée

Good Job, Mister Mosby, je vous pardonne même cette fin, cruelle pour nos nerfs et  qui n'en est pas vraiment une, quand on y réfléchit bien ()...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

titoulematou 18/02/2015 11:25

mais pourquoi me tentez vous autant??????????????????,

Cajou 12/02/2015 21:55

miam miam, j'adore tout ce que tu en dis <3

Jacqueline 10/02/2015 18:30

Depuis ma découverte de "Un sur deux" (grâce à Cajou) , je lis tous les Mosby ..... L'intensité ressentie n'a jamais été égalée mais le plaisir était toujours au rendez-vous ..... Alors, bien sûr, je lirai celui-ci ....:-)