La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Je reviens de mourir", Antoine Dole

"Je reviens de mourir", Antoine Dole

" C'est plus difficile d'aimer quand on n'a pas entraîné le cœur à prendre des coups".

" On peut tomber de tout en bas. Pour un cœur comme le sien, c'est toujours suffisant, se briser c'est juste une habitude, y'a pas besoin d' élan".

"Rentrer de suite, parce que les bancs, quand c'est pas pour s'embrasser, ça fait trop réfléchir".

Vous m'excuserez, je n'ai pas su choisir....

Quand Noukette (clic) Jérôme (clic) et Stephie (clic) parlent avec passion du même livre, difficile de résister. "Ce roman est dégeulasse", " J’ai donc refermé Je reviens de mourir, la rage au ventre, le cœur au bord des lèvres.", " Ce week-end j'ai lu un roman terrible. Un de ceux qui vous balancent un coup de poing dans le ventre". On ne peut pas dire que je n'étais pas prévenue. Mais bon, que voulez-vous, je dois avoir un reste de sale petite universitaire pédante au fond du fond de moi-même. C'est que j'ai lu Houellebecq, moi, ma p'tite dame, et Despentes et même l'affreux Rose bonbon (enfin le début, parce qu'après, j'étais trop occupée à vomir ), le trash je connais, on ne me la fait pas. HAHAHAHA.

"Je reviens de mourir", Antoine Dole

Pauvre petite écervelée.

Je me suis pris en pleine tronche Je reviens de mourir comme on se prend sa première gifle, sans doute, par surprise. Je ressors de la lecture hébétée, sans doute comme on doit l'être aussi la première fois que l'autre dérape. Je reviens de mourir, c'est un roman cru, noir et dérangeant. C'est un roman terriblement violent. Les histoires croisées de Marion et d' Ève ont cette violence-là en commun, celle des gestes, et celle des mots. Les coups de Nicolas, l'amoureux de Marion, qu'elle aime autant ( Nicolas, comme du sirop de gosse qu'on verse dans le lait pour le rendre magique) qu'il l'aime mal, qui la pousse à se vendre, à oublier, à s'oublier ( Sous les coups, n'être plus rien, parce que Nicolas sait comment faire pour que je n'existe plus. Il pourrait me tuer et je ne ferai rien, Nicolas peut ce genre de chose.). Puis la baise, vulgaire, brute, brutale, qui vous donnerait presque la nausée, la baise d' Ève, qui dit franco qu'elle veut juste baiser, un début et une fin, aussi proches l'une de l'autre que possible, Ève qui se perd dans ses nuits sans sommeil jusqu'à Nicolas, jusqu'à la brèche, jusqu'au possible. C'est un texte qui vomit le désespoir à chaque phrase, c'est la poésie des mots qui étouffent, qui brûlent les pupilles, qui vous laissent sans voix. Je reviens de mourir, c'est un roman risqué et magistral, avec une fin qui fait mal mais qui n'aurait pas pu être autre, une fin qui vous donne envie de crier

"Je reviens de mourir", Antoine Dole

Mais ce roman n'est pas un conte de fées, juste un conte défait, jusqu'à la dernière ligne.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Noukette 14/10/2014 00:14

Il m'a scotché ce roman. C'est plus qu'une gifle oui, tu as bien raison, ça lacère les chairs et le cœur en profondeur, et ça fait un mal de chien. Mais bon sang que c'est bon de lire une telle plume...! Ravie d'avoir moi aussi réussi à te tenter...!

LaFée 25/10/2014 22:08

le problème, c'est que tu me tentes trop souvent :p

Stephie 13/10/2014 19:54

Je suis tellement contente que nos billets aient donné des envies de le lire. Et j'espère que le tien continuera à l'effet boule de neige !!

LaFée 13/10/2014 22:19

Je l'espère aussi, c'est une jolie boule de neige bien méritée :-)

jerome 13/10/2014 19:50

C'est un énorme choc ce roman, tu le dis vraiment très bien. Je ne suis pas mécontent de faire partie de tes tentateurs, tiens ;)

LaFée 13/10/2014 22:18

Jolie litote, Jérôme, Violetta te réussit :-)
Encore merci à toi pour la découverte!

M 13/10/2014 18:37

Comme Jacqueline, je pense que je vais passer mon tour.

Marguerite 14/10/2014 09:35

Je le note, ne t'en fais pas ;)

LaFée 13/10/2014 22:17

C'est malin, comment je vais dormir après ça? Sérieusement, garde-le dans un coin de ta tête pour plus tard, ce serait vraiment dommage de rater un roman pareil!

Marguerite 13/10/2014 18:40

On dit merci à R. pour l'envoi rapide...

Bref, je vais passer mon tour, disais-je, du moins pour le moment : je veux du rire et des chants, là, en ce moment.
(ne me remercie pas pour la petite chanson qui va (peut-être) te trotter dans la tête, c'est cadeau)

Jacqueline 13/10/2014 17:43

Oh ! Ouche ! ..... Je ne pense pas que ce roman soit pour moi ......

Ah, oui, j'y pense .... j'ai lu ..... un roman de chacun .... les deux "cocos" que tu cites ... et ils continuent sans moi .... :-)

LaFée 13/10/2014 18:29

Ils continuent sans moi depuis longtemps, Jacqueline, j'ai juste eu une phase " je lis des trucs bizarres et je me la pête" ( la honte!). Par contre celui-ci est vraiment à découvrir, si un jour tu t'en sens le courage ...

Stellabloggeuse 13/10/2014 15:57

Cela fait bien trois quatre ans que j'ai lu ce roman mais certains souvenirs sont vraiment très vifs. Je suis heureuse de voir que tu as été touchée, sans t'arrêter au "c'est dégueulasse, c'est misogyne" de certains. Antoine Dole est un auteur qui exorcise, qui remue les tripes, qui raconte l'horreur avec des phrases pleines de grâce. Je suis contente de voir que certains découvrent encore ce roman aujourd'hui

Stellabloggeuse 13/10/2014 18:45

Ouioui, il a été taxé de misogynie par certains au moment de sa sortie, il y avait des libraires qui refusaient de le vendre, ce genre de chose... Et pourtant, quelle sensibilité ! J'ai lu "K Cendres" que j'avais un peu moins aimé, et j'aimerais bien lire ce qu'il a publié chez Actes Sud et qui a l'air très bien aussi :)

LaFée 13/10/2014 17:25

Misogyne? M'enfin! Je crois que je vais acheter ses autres romans, j'ai vraiment été trop touchée que pour m'arrêter là!
Merci pour ton passage, Stella :-)

Cajou 13/10/2014 15:01

OUF !! WOW !! Hé ben !! Tu m'as coupé la chique avec ton billet !

LaFée 13/10/2014 17:24

Sors-le vite vite vite de ta pal, il est tout petit, en plus! Je me réjouis d'en discuter avec toi ( j'ai passé sous silence bien des aspects du roman pour ne pas trop en dire).
Bisous!

Stellabloggeuse 13/10/2014 15:55

Je vais en remettre une couche Cajou, il FAUT lire Antoine Dole, et surtout celui-ci :D