La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Une lettre de vous", Jessica Brockmole

"Une lettre de vous", Jessica Brockmole

"Si tu savais ce que l'on éprouve en courant retrouver brièvement quelqu'un, et comment, l'espace d'un instant, le monde cesse de tourner lorsqu'on tient cette personne dans nos bras, et comment il recommence ensuite, si vite qu'on en tombe à la renverse, pris de vertiges. SI tu savais combien chaque bonjour peut être plus douloureux que mille au revoir. Si tu savais."

Mars 1912. La jeune et obscure poétesse Elspeth Dunn ne connaît d'autres horizons que celui de l'île de Skye, au large de l'Ecosse. Aussi est-elle à la fois étonnée et ravie de recevoir sa première lettre de fan de David Graham, un étudiant originaire de la lointaine Amérique. Tous deux entament alors une correspondance. Ils se confient leurs auteurs préférés, leurs espoirs les plus fous et leurs secrets les plus chers. Très vite, cet échange épistolaire donne naissance à une amitié profonde qui a tout d'un amour inavoué. Mais lorsque la Première Guerre Mondiale éclate et que David se porte volontaire comme ambulancier, Elspeth ne peut que l'attendre sur son île en espérant qu'il survivra, à moins de forcer le destin...

Juillet 1940, Edimbourg est bombardé. Dans l'appartement familial dévasté, Margaret découvre des dizaines de lettres adressées à une certaine Sue. Le lendemain, sa mère a disparu et il lui reste pour seul indice une unique lettre d'amour. En partant à sa recherche, Margaret va petit à petit lever le voile sur les mystères qui entourent sa famille et ce père dont on refuse de lui parler.

Quand j'ai lu le billet de Cajou (clic), j'ai su que ce livre était fait pour moi. D'abord, surtout, évidemment, passionnément, parce qu'il se passe (partiellement) sur l’île de Skye, ce bout de terre battu par les vents, traversé par un train à vapeur qui n'a rien à envier au Poudlard Express, rempli de midges et de vieilles pierres ( oh, Duntulm Castle ), de panoramas à vous couper le souffle ( Staffin Bay et son incroyable cascade, Neist Point, Coral Beach), et de boudin noir au petit déjeuner, un endroit sauvage, vert et paÏen, d'une telle beauté qu' (on) ne conçoi(t) pas de vivre ailleurs

"Une lettre de vous", Jessica Brockmole"Une lettre de vous", Jessica Brockmole
"Une lettre de vous", Jessica Brockmole"Une lettre de vous", Jessica Brockmole

Puis ce n'est un secret pour personne, j'aime les romans épistolaires : Les Liaisons dangereux, Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates et surtout, surtout 84, Charing Cross Road ( voir ici). Et vous savez quoi? Je viens de vivre une de mes plus jolis moments de lectrice, parce que l'héroïne d'Une lettre de vous découvre les librairies de Charing Cross, comme ça, au détour d'une page, et moi j'ai été émue ( la gorge serrée et tout et tout )

"Une lettre de vous", Jessica Brockmole

Ça fait déjà deux bons points, mais ce ne sont pas les seuls, loin de là. Alors, oui, c'est un roman d'amour. Et l'amour, c'est niais, c'est ringard, c'est cucul la praline. Sans doute. ET ALORS? C'est une histoire d'amour, une de celles qui vous font battre le cœur, avec ses serments ridicules et ses mots qui le sont sans doute tout autant, ET ALORS? Dieu sait que je ne suis pas une fan de romances, que je préfère le bien noir au bien rose, et pourtant, je me suis laissée portée. De bout en bout. J'ai tremblé, j'ai souri, j'ai espéré, j'ai tourné les pages avec avidité. Je suis convaincue que ce roman est juste, que dans la vie aussi, l'amour c'est fait de mots gnangnan murmurés tout bas, et que

"Une lettre de vous", Jessica Brockmole

J'ai vibré pour Sue et son bel américain aux cheveux bouclés, mais pas seulement. C'est un roman d'amour, disais-je. C'est vrai, c'est un roman sur l'amour entre un homme et une femme pendant la première guerre, mais aussi pendant la seconde, un amour plus discret, plus facile, plus sage, mais un amour qui vous met des papillons dans le ventre. C'est aussi le roman de l'amour d'une mère pour sa fille, d'une grand-mère pour sa petite fille, d'un frère pour sa sœur et d'une sœur pour son frère, d'un oncle pour sa nièce, toute époque confondue, d'un père poète sans le savoir ( Quand mon père est sorti traire les vaches au matin, il m'a surprise endormie sur le banc à côté de la maison "toute couverte de rosée comme une fée", a-t-il dit.), d'un ami qui vous offre ses chaussures. C'est le roman de l'amour des livres, des librairies, de Walter Scott et d'Huckleberry Finn, des mots qui peuvent changer le cours d'une vie et des silences qui peuvent la briser. L'amour c'est ringard? Peut-être. Mais je m'en fous. 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julia 15/09/2014 12:11

Oh punaise ! Tu m'as tellement donné envie de le lire celui-là ! Et aussi "la duchesse de Bloomsbury street" !
Romance poweeeer ;-)

LaFée 15/09/2014 18:50

Euh, n'exagérons rien .... un peu de romance, allez, oui :-) Des bises!

Jacqueline 15/09/2014 08:30

Oh, quel beau billet .... pour ce roman qui a fait battre mon cœur ..... <3

LaFée 15/09/2014 18:49

Je suis ravie de partager ce coup de cœur avec toi, Jacqueline ;-)

Cajou 14/09/2014 22:46

Magnifique billet, La Fée, un de mes préférés depuis le début de ton blog ^^

LaFée 15/09/2014 18:49

Roooo ben merci! Il a été facile à écrire, pourtant, tellement j'avais tout aimé ;-)

Scarlett Julie 14/09/2014 22:45

Ohhhh, la romantique que je suis craque pour ton billet ! J'aime beaucoup aussi les romans épistolaires, "84 Charing Cross Road" est un bijou <3 , je crois que je risque de craquer ^^

LaFée 15/09/2014 18:48

Si tu as aimé " Charing Cross", celui-ci devrait t'emporter aussi loin :-) Viens me dire, surtout!