La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"911", Shannon Burke

"911", Shannon Burke

"De cette indifférence, qui n'est qu'une protection, découle un risque bien particulier du métier. Lorsque plus rien n'a de sens, y compris la vie ou la mort d'autrui, vous n'êtes plus qu'a un pas du mal. Et ce putain de pas est terriblement facile à franchir."

J’assume. Mais vraiment. J'assume ceci (clic). J'ai été amoureuse de Carter, j'ai pleuré au décès de M. Greene, j'ai tremblé quand Abby a eu son bébé, j 'ai vibré pour Gallant et Neela, j'ai détesté Romano, j'ai eu le coeur serré à chaque scène devant le panier de basket, j'ai répété" "chimie, NFS, iono" des centaines de fois, donné naissance à des bébés, sauvé des vies et fait des erreurs, j'ai accompagné Tony en ambulance, et ce des années durant. Plus de 10, je crois. Chaque semaine. Sérieusement, je pensais que j'avais une vague idée de ce que représentaient les " urgences" en Amérique. Une idée certes version "série télé à grand succès", mais quand même. Puis j'ai lu 911. Enfin non, je ne l'ai pas lu. Je me le suis pris en pleine face. Contrainte et forcée. De tourner les pages. De subir. De lire. D'avoir le cœur au bord des lèvres ou au bord des yeux. Avant de lire ce titre, je me disais que 

"911", Shannon Burke

Je n'avais même pas idée. C'est un livre sans histoire, tant il est rempli d'histoires. On suit Ollie Cross, recalé en fac de médecine, qui fait ses premiers pas en tant qu'ambulancier affecté à la station 18, sur la 136ème rue, au cœur de Harlem, au cœur de L'enfer. On suit Shannon Burke, aussi, sans doute, puisqu'il s'est inspiré de sa propre histoire. On suit Rutkovsky, Verdi et Lafontaine, mais on ne retient que ces personnages sans nom et sans visage, mais pas sans histoire. On souffre, littéralement. J'ai fermé les yeux, souvent, refermé le livre, refusé, simplement, d'imaginer ne serait-ce qu'un instant que, quelque part, dans mon monde, un enfant pouvait voir le jour dans de telles conditions. C'est violent, cru, à la limite de l'insoutenable. On se demande si la descente en Enfer est possible au cœur de l'Enfer lui-même. Et on connait la réponse. C'est un incroyable coup de poing qui, loin nous laisser sur le carreau, nous pousse dans nos retranchements les plus insoupçonnés. Les vieilles dames dont le jupon grouille de vers, les bébés shootés, les familles réduites en miettes, les salopards à qui on a envie de casser les dents ( oui, moi aussi, j'avoue, cette scène ( cliquez à vos risques et périls) d' American History X m'a traumatisée), ceux qui devraient sauver des vies, parce que, merde, c'est ça leur boulot, mais qui s'avèrent les pires des crapules, tout ça, entre deux extraits du discours d'accueil des jeunes ambulanciers, on se le prend en plein tête. Sans filtre. Sans ménagement. Sans effet littéraire ou stylistique. Sans montage. Alors, me direz-vous, pourquoi lire ce récit éprouvant? Parce que, parfois, il faut oser affronter la réalité? La leur, alors, pas la nôtre, fort heureusement. Pour se dire qu'on a de la chance? Sans doute. Pour continuer à imaginer que ces ambulanciers sont courageux? Altruistes? Héroïques? Investis d'une mission, genre "les routes du Paradis"? ( re-clic). Justement pas. 911, ça fait froid dans le dos. Ça vous glace jusqu’au sang. Ça vous secoue. Ça vous ouvre les yeux. Le pays des Bisounours, s'il existe, est entouré de frontières infranchissables. Essayez, pour voir. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

jerome 31/08/2014 08:32

Je l'ai noté depuis sa sortie. C'est le genre de texte qui me convient parfaitement.

LaFée 31/08/2014 22:01

Surtout viens me dire ce que tu en as pensé :-)

Julia 30/08/2014 12:49

Wow, un article coup de poing ! Tu parles très bien de ce livre, mais pas sûre d'être dans le mood en ce moment pour le lire. Je le garde dans un coin de ma tête au cas où ;-)

LaFée 31/08/2014 22:01

C'est en effet le livre à lire au bon moment, sou peine d'être flinguée très vite! Bisous!

Jacqueline 30/08/2014 08:30

Ton billet est "terrifiant" ..... Le roman est dans ma liseuse .... mais vais-je tenter sa lecture .... Peut-être juste quelques pages "pour voir" ...

LaFée 30/08/2014 09:39

Le début est aussi éprouvant que la fin, si ce n est plus. Je me réjouis d avoir ton avis sur ces pages, Jacqueline!