La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"L'apparence de la chair" , Gilles Caillot

"L'apparence de la chair" , Gilles Caillot

" Putain! C'est pas possible! Je suis effarée!"

"L'apparence de la chair" , Gilles Caillot

Un seul mot? Abracadabrantesque. Oui, rien que ça. Sérieusement, je me demande ce que Thilliez avait fumé avant d'écrire la préface, et surtout ce qui est passé par la tête de tous ces bloggueurs fous qui encensent ce roman un peu partout sur le net. Vraiment, je ne comprends pas. C'est Plume de Cajou et Des mots sur des pages ( clic clic) qui m'ont forcée à le lire, m'dame, j'vous jure! Et? Bienvenue dans le chaos? Sans doute, mais pas celui auquel on s'attend.

Alors, de quoi ça parle? Enfin, de quoi nous dit-on que ça parle sur la quatrième, parce que, concrètement, ce n'est pas tout à fait la même chose (vous verrez que c'est une constante, lors de cette lecture, un poil dérangeante d'ailleurs). Le résumé donc : Pour le Capitaine de police Sylvie Branetti, la vie s’est arrêtée il y a quinze ans, lorsque le tueur qu’elle poursuivait a enlevé sa fille Lila avant de disparaître.Après un passage obligé en hôpital psychiatrique et des séances régulières de psychothérapie et d’hypnose, elle se raccroche à un seul objectif : savoir ce qui est arrivé à Lila.La découverte d’un cadavre mutilé, arborant la même signature que celle du monstre qu’elle a croisé par le passé, la propulse à nouveau dans l’horreur. Mais elle a cette fois une espérance : connaître enfin la vérité.Accompagnée de Paul Bénito, son ancien amant, elle suivra avec acharnement les traces laissées par le bourreau.

Que nenni, ma bonne dame, que nenni! Alors oui, c'est un thriller. Mais alors un vrai de vrai, TOUS les poncifs y passent, les uns après les autres : jalousie au sein des équipes de police, enquêtrice détruite par un événement tragique qui reprend du service, histoire d'amour cul-cul-la-praline, le méchant-pas beau vraiiiiiiiiiiiiiiiment méchant ( et vraiment pas beau), les crimes archi gores et les détails les plus immondes ad nauseam (pour de vrai), jusqu'à la pédophilie et le porno (tant qu'à faire le tour du genre, autant faire le grand, de tour, non?) Un thriller donc, qui aurait pu... Sauf que. Non. Du tout. En relisant mes notes, c'est bien simple : j'ai écrit 12 fois la même phrase : "rien n'est crédible". Voilà, c'est dit, et c'est rédhibitoire, non, rassurez-moi? Tout est trop facile, ça grouille autant de coïncidences et de hasards(mal)heureux que d'hémoglobine. Morceaux choisis. Je sais bien que je ne devrais pas faire ça ( mais je le fais quand même et ça débloque toute une partie de l'intrigue) , "oh, mince, plus de munitions!" , Attendez! Il n'est pas monté à gauche! ( fallait peut être assurer tes arrières, ma belle, on ne vous apprend pas ça à l'école de police?), Tiens, je ne t'avais jamais remarqué toi (et soudain, on ouvre les yeux et tadaaaaam.) Non seulement c'est téléphoné, mais c'est à la limite du ridicule : le couple d'anciens amants qui se remet en deux coups de cuillères à pot, euh, comment dire? Vous voulez un scoop,sinon?: Il n' y a pas à dire, la Mort est monstrueuse. C'est tout de suite plus parlant, avec un exemple, le ridicule, non? Vous en voulez encore? Alors, chers lecteurs, abordons la délicate question du style. Si vous me connaissez un peu, vous savez déjà que j'adore pinailler sur ce sujet. Et bien, ici, j'ai eu de quoi faire. Que dirais-tu de me me câliner? Ton clope. Je n'étais pas très chaud de te revoir, mais finalement c'est une bonne chose. Je sais ce que t'en penses, je me suis dit la même chose. Ouais. Ouais. Ouais ( c'est l'auteur qui le dit, pas moi). On n'a jamais su ce qui lui était arrivé. Il a sans doute eu un problème pour disparaître. Vous voyez où je veux en venir? Ce style est aussi plat que la conversation de Charles Bovary. Une pénitence. Alors oui, c'est rythmé, les phrases sont courtes, il y a peu de verbes, ça donne un style au style, à défaut d'une qualité....

L’apparence de la chair, c'est un joli puzzle où tout s'emboîte parfaitement. Ahahaha. Pardon. C'est un thriller messieurs dames, il faut vous en donner pour votre argent. Alors le puzzle, il explose. Plein de fois. Et on nous balade (enfin on essaie) : narration morcelée, flash-backs (enfin, peut-être), hypnose ( très à la mode, l'hypnose), rêve ou réalité, that's the question. Ca vous rappelle quelque chose? Ben oui, à moi aussi. Pourtant, logiquement, c'est ici que je devrais commencer à crier au génie. Ben non. Pas du tout. Ca m'a saoulée, J'ai bien vite compris le jeu fatiguant du " je vous fais croire que mais non", et je ne me suis pas amusée. (j'ai envie d'ajouter " pas du tout" mais vous avez déjà compris, non?).

Partout j'ai lu que la fin était bluffante. Alors, j'ai attendu, attendu ( "elle n'est jamais venue, zaizaizai" - clic) et waouw. Quelle fin. Quelle daube! Je m'excuse, mais franchement, c'est quoi, ça? Quand je demande à mes élèves de créer une nouvelle à chute et qu'ils manquent d'imagination, ils me sortent un " ... et elle se réveilla. Ce n'était qu'un rêve". La version ado de Caillot, quoi. Déjà, je sentais venir le bidule, enfin un peu, j'avais en tête "personnalité multiples, manipulation mentale", un truc du genre, et au final? ATTENTION SPOILER Coma. Tout ça pour ça. Mais ça va pas non? Elle se serait donc démultipliée pendant son coma, elle aurait inventé toute l'histoire? Mais bon sang, pourquoi? Et comment a-t-elle pu être dans la tête d'autant de gens? Parce que là c'est la narration qui parle, la focalisation, le jeu typographique, toutçaquoimerde! C'est complètement incohérent, et décevant. On a été mené en bateau, c'est vrai, mais la destination finale laisse à désirer. Alors, je vous entends déjà. Oui, j'ai lu beaucoup beaucoup de thrillers, donc beaucoup beaucoup de récits qui jouent sur les mêmes ficelles. Mais j'en ai lu de bien meilleurs, sur tous les thèmes abordés, oui, tous.

Allez, pour ne pas vous laisser trop déçus par cette vilaine chronique, un gif. Vous voulez savoir si je retenterai l'aventure Gilles Caillot?

"L'apparence de la chair" , Gilles Caillot
"L'apparence de la chair" , Gilles Caillot

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Delphine-Olympe 15/05/2014 06:57

Et oui, encore un mauvais thriller. Malheureusement ils sont légion...
Merci de nous éviter encore un nanar !

LaFée 15/05/2014 21:35

y'a plein de fans attention :-)

paikanne 14/05/2014 13:22

Ah, que je me bidonne quand tu n'as pas aimé : un régal :-)

LaFée 14/05/2014 22:28

C'est toujours ça de pris :-)

LaFée 14/05/2014 22:28

mais quelle vilaine-pas-belle! C'est pour ça que tu as inventé cette LC! Allez, avoue :-)

Cajou 14/05/2014 21:18

Comme toi Paikanne, je me bidonne quand La Fée n'a pas aimé. Un régal. Je serais presque même tentée de lui recommander l'air de rien la lecture de bouquins que je sais être mauvais :D

Jean (jackisbackagain) 14/05/2014 13:21

Coucou Sophie,
Le moins que je puisse dire, c'est que vas allègrement à contre-courant de la liesse collective. Je n'en fais pas partie pour la simple raison que je n'ai pas (encore) lu Gilles Caillot. Sans doute et fort probablement parce que je pressens tout ce que tu as développé dans ta chronique. Ta démarche est honnête et courageuse. Écrire "bluffant" sur la bannière n'engage pas à grand chose. En général, ça m'agace et le lien d'amitié qui pourrait unir les deux compères n''y serait dès lors pas étranger. Amitiés.

LaFée 14/05/2014 22:29

Je suis assez contente de ne pas encore avoir eu à essuyer des tirs de tomates de la part des Cailloteux :-) Honnête, certainement, courageuse, c'est moins sûr :-) Merci pour ta visite!

Jacqueline 14/05/2014 07:45

Hihihi ..... Quel bon moment de lecture ! .... Je parle de ton billet, évidemment ..... car, pour le roman, "c'est comme si c'était fait" .....:-)

LaFée 14/05/2014 10:59

Tu peux passer ton tour sans regret :-)

sophie 14/05/2014 06:33

je t'ai pas forcée madame ^^ mais toi au moins tu l as fini alors bravo ! j y suis pas arrivée .... n ai pas eu ta patience

Mélo 13/05/2014 22:45

Je n'ai jamais voulu le lire parce que je pressentais le truc mauvais et qui use du gore pour en mettre plein les yeux. Et ce livre je le croise depuis genre, 2007 ? Pouah j'en ai marre de le voir :p

Mélo 14/05/2014 11:14

Ha pardon j'ai confondu avec son premier bouquin sorti en 2007 ! J'aurais plutôt dû parler de l'auteur, je confonds ses titres tellement ils m'inspirent, vois-tu... ? :p

LaFée 14/05/2014 10:59

Tu as dû le voir beaucoup alors, puisqu'il est sorti seulement en 2012 :-) Mais le trop tue, je sais:-)

Cajou 13/05/2014 22:32

Bon j'ai lu l'intro et le gif de conclusion, pour pas me spoiler de cette futur lecture et je suis morte de rire (nan mais ce gif, c'est sûr que je vais le réutiliser dans un billet hahaha c'est trop ma tête quand je tombe sur sur une daube lol)

LaFée 14/05/2014 10:58

C'est ma tête aussi, j'adore :-) Je me réjouis de voir si tu as fumé la même chose que Thilliez et Dubruit!