La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"La fin de l'innoncence" Megan Abbott

"La fin de l'innoncence" Megan Abbott

"Qu'y a-t-il donc de si magique dans l'enfance pour qu'ils essaient à toute force de la recréer? Moi, je ne vois rien de magique là-dedans".

Disons les choses clairement, ça vous évitera peut-être de perdre votre temps vous qui vous égarez ici à la recherche d'un avis éclairé sur le roman d'Abbott. Je crois que je suis une vieille frustrée coincée, héritage sans doute de mon éducation dans une école de bonnes sœurs, de bénédictines charmantes et accueillantes. J'ai vraiment vraiment vraiment été dérangée par la lecture de ce que tout le monde qualifie de "meilleur Abbott", et je suis presque choquée de lire tous ces éloges un peu partout. Ce roman salué par toute la blogosphère, dont les critiques sont unanimement positives, ce roman m'a donné la nausée. J'avais envie de savoir jusqu' au l'auteur pouvait aller, et croyez-moi, je n'ai pas été déçue du voyage. Dégoût et fascination se sont mêlés et entremêlés au fil de ma lecture, j'en sors secouée, c'est évident, mais aussi terriblement dérangée.

Lizzie et Evie, treize ans, sont inséparables. Elles partagent tout, de leurs maillots de bain à leurs crosses de hockey. Pour Lizzie, la maison des Verver est le paradis sur terre, le père d’Evie, si chaleureux et charismatique, et sa sœur aînée, Dusty, tellement fascinante. Un jour, Evie disparaît à la sortie des cours. Peu d’indices, sinon une voiture que Lizzie a aperçue. L’angoisse gagne rapidement cette tranquille communauté et tout le monde se tourne vers l’adolescente. Hantée par la disparition d'Evie, émoustillée par la place centrale qu'elle occupe dans les recherches, Lizzie découvre qu'elle est loin de tout savoir sur sa meilleure amie...

Ce n'est pas un roman policier à proprement parler, on ne suit que de loin l'enquête sur la disparition d'Evie, elle est accessoire, au fond, tant la dissection( presque au sens littéral du terme, brr) de la psychologie adolescente prend le pas sur le reste. On est Lizzie, dès le départ, puisque c'est elle qui nous raconte l'histoire, dans une narration interne intelligente mais étouffante. C'est un des points forts de ce roman, c'est une évidence. Une plongée en apnée dans la tête d'une toute jeune fille, ses attitudes presque enfantines, ce désir touchant d'être aimée par ce père qui n'est pas le sien mais qui représente tout ce qu'elle met sous le mot "paternité", ses "à la vie à la mort, croix de bois, croix de fer, sœurs de sang ", tout ça, tout ce qui fait qu'à 13 ans, on croit plus fort en l'amitié qu'en tout autre chose. Quand Evie disparait, c'est le monde de Lizzie qui s'écroule, ni plus ni moins, et ça ne peut qu'éveiller quelque chose en chacun d'entre nous: on est touché, presque ému. Abbott ne s'arrête pas là, non, ce serait trop mièvre, trop gnangnan-culcul- ridicule pour elle. Comme dans Vilaines filles, c'est le côté obscur ( oui oui comme dans cette vieille chanson, ne me remerciez pas, c'est cadeau) qui l'intéresse, la face cachée, les secrets inavouables qui refont surface. Et c'est là que l'adjectif dérangeant vient aux lèvres, en même temps que cette nausée déjà évoquée. C'est quand Evie se rapproche du papa de sa copine, quand une autre adolescente( remarquez l'effort pour ne pas spoiler) manipule l' Adulte, l'Homme, juste pour le plaisir d'éveiller en lui le désir, pour en jouer, tel un chat avec une souris, pour finalement l'abandonner quand le jeu ne l'intéresse plus. Le sexe est présent, partout, tout le temps, jamais évoqué, pourtant palpable, dans les non-dits et le sous-entendus ; ce que l'on imagine est malsain, terriblement malsain, et pourtant, on est encore loin du compte.... Le roman se termine par une dialogue quasi insoutenable, glauque, abject, terrible et lourd de sens. Et les adultes ne sont pas en reste, malheureusement. Ils trainent eux aussi une kyrielles de casseroles immondes ( on pourrait croire que j'essaie de placer un maximum de synonymes dans le moins de mots possible , mais c'est le roman qui veut ça: l'histoire importe tellement moins que le ressenti du lecteur. J'ai l'impression d'être tombée dans le piège d'Abbott, en fait, comme si ce qu'elle avait éveillé en moi était, justement, son but ultime, et je lui en veux presque d'avoir ce talent manifeste qui lui fait maintenir l'attention du lecteur d'une page à l'autre, alors que l'on n'a qu'une seule envie: se détacher du livre et respirer). Les adultes donc. Absents, ou transparents comme la famille de Lizzie, présents, trop présents, pernicieusement présents même Comme dans Vilaines filles, ce sont les hommes qui comptent, ces hommes dont on fait ce que l'on veut, ou qui font de nous ce qu'ils veulent, c'est selon. Mais dans les deux cas, croyez-moi, ça vous secoue. La fin de l' innocence, c'est le titre de la version française, et il ne me plait pas. The end of everything, plutôt, parce que je ne vois pas comment la vie peut continuer après "ça".....

Edit, après lecture de vos premières réactions. Je n'ai pas aimé, en effet. Mais c'est peut-être juste parce que j'ai une âme de Bisounours ou que je n'arrive pas à m'imaginer des fillettes de 13 ans aussi perverses et sombres, c'est tout. C'est un bon roman, bien fichu, avec un suspense tenu du début à la fin, sans temps morts, vraiment, c'est bien fichu. Juste pas pour moi.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacqueline 25/02/2014 18:07

J'ai aimé ..... oui, c'est un roman qui dérange, qui oppresse .... oui, sexe et perversité sont bien présents .... mais l'auteure sait "tenir" son lecteur tout au long du roman par son écriture subtile et suggestive ...
Pour moi, les pervers sont les deux personnages masculins .... et les trois jeunes filles sont surtout très naïves et deux sont des victimes ...
La lecture de ce roman me laisse un sentiment de tristesse et de désolation ....

Jacqueline 26/02/2014 17:35

"La grande" .... je l'ai trouvée pathétique ...

LaFée 26/02/2014 10:46

ah ben tu vois, je ne l'ai pas du tout "senti" comme toi, voire même l'inverse de toi :-) La "plus grande" (tu vois?) dans son discours final m'a glacé le sang....

Lili 24/02/2014 09:10

J'ai lu deux Megan Abbott jusqu'ici et à chaque fois, je les trouve pas mal mais pas formidable, il me manque un petit quelque chose. Visiblement dans celui-là, c'était au contraire un trop plein !

LaFée 26/02/2014 10:46

Pour moi oui, un trop trop plein....

Denis 23/02/2014 21:38

pas vraiment envie de le lire. J'avoue que Lattes ne publie pas forcément la meilleure littérature, preuve ici. Il fait partie des éditeurs dont j'ai de grandes réticences.

LaFée 26/02/2014 10:47

Je pense vraiment que mon ressenti ne tient qu'au roman en lui-même :-)

Denis 23/02/2014 22:14

J'ai ainsi des a-priori idiots je pense mais l'éditeur est important pour moi car il y a souvent une ligne éditoriale et Lattes m'inspire peu.

Cajou 23/02/2014 21:58

Pour lire régulièrement du Lattès, je peux te dire qu'ils publient de (très) bons trucs aussi. Et même si je n'ai pas encore lu ce roman de Abbott, il a quand même d'excellentes critiques partout, même si Sophie n'a pas aimé :)