La Fée Lit

La Fée Lit

"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard)

"Flight", Sherman Alexie

"Flight", Sherman Alexie

"Dieu est un mec qui a un foutu sens de l'humour"

 

Mi-indien mi-irlandais, orphelin, passant de famille d'accueil à centre de redressement avec un passage par la case prison, Spots, l'adolescent acnéique qui tient lieu de héros, est rempli de haine, de colère, mais aussi (et surtout?) d'une incommensurable tristesse dont il se débarrasse comme seuls savent le faire les gamins des rues: par la violence. C'est cette violence, exacerbée par la découverte de ce qu'il croit être l'amitié, qui va pousser Spots à braquer une banque....Evidemment (et ce n'est que le début d'une longue série d'"évidemment", puisque les évidences et les coïncidences se suivent et se ressemblent dans ce livre) évidemment, donc, notre jeune héros est blessé... et le voilà parti dans un espèce de voyage à travers le temps, à travers les " périodes les plus troubles de l'histoire américaine" et nous voilà, lecteurs, embarqués dans un bien étrange roman, à la fois prévisible et dérangeant, stylistiquement travaillé mais passablement surfait....

"Dans une langue à la Salinger" nous dit la quatrième de couverture.... Alléchant programme, mais si l'utilisation d'un vocabulaire grossier et du langage oralisé des jeunes ados en manque de repères suffisait à qualifier le style de "L'Attrape-cœur", bon nombre de romanciers pourraient s'en réclamer.... Rien ici ne m'a fait penser à Salinger, non. Le style m'a profondément déplu, voire même dérangée: "salope", "putain" "merde " et autres gros mots pullulent, les phrases redondantes sont légion (" Une chambre où un million de personnes dégeulasses ont pu faire des choses dégeulasses (...) j'ai fait l'une des choses les plus dégeulasses que l'on puisse faire" ) et n'apportent, selon moi, rien à l'histoire. Le personnage de Spots devrait se suffire à lui même; ce langage ordurier n'est qu'un artifice, qui très vite nous semble (évidemment) factice et agaçant .....

Tout aussi agaçant est Spots au début du roman. Caricature de l'adolescent révolté et à fleur de peau, personnage sans grand relief puisqu'il n'est qu'une accumulation de clichés plus éculés les uns que les autres, ce jeune adolescent va (évidemment) évoluer tout au long de ce qui ressemble à un roman d'apprentissage au travers du passé, il va acquérir un peu d'expérience et (évidemment) sortir meilleur de ce voyage temporel...Nous savons peu, trop peu de choses sur Spots pour que l'on puisse s'y attacher, il manque cruellement de profondeur, il manque de ce tout ce qui fait d'un héros de roman un compagnon de voyage pendant la lecture: Spots se ballade, et nous restons sur le quai, à le regarder de loin sans jamais vraiment prendre part à ses aventures.

Seconde promesse du résumé: l'histoire américainedu 17ème siècle à nos jours, ou presque. Il est vrai qu'elle est passablement bien résumée au travers des différentes enveloppes corporelles que va intégrer Spots. A moitié indien, le jeune homme va découvrir plus que l'Histoire, puisqu'il va à la rencontre de ce qui fait son histoire, celle de son peuple et de sa famille. Avec plus ou moins de bonheur selon les époques et les personnages choisis, l'auteur dresse un portrait au vitriol des sombres années américaines. Mais trop d'Histoire tue l'Histoire, et à nouveau Sherman Alexie collectionne les "évidemment": Tout est prévisible, surfait, déjà vu, l' on devine à chaque chapitre ce qui va se passer, et l'on n'est jamais, jamais, ja-mais surpris.... Evidemment (encore!), certains passages sont émouvants, certains moments touchants, certains protagonistes plus travaillés que d'autres nous deviennent sympathiques, mais cela ne suffit pas à conférer à ce roman toute l'intensité dramatique et l'originalité qui nous sont promises... une déception donc (mais vous l'aviez sans doute déjà compris :-))

Edit : l'avis de Mister Frédéric C.

J'ai aimé le livre pour différentes raisons:

Premièrement j'aime beaucoup les livres de fictions donc tout ce qui touche au voyage dans le temps me plait assez.

Ensuite, j'ai une préférence pour les "happy end", j'ai aimé le fait que l'histoire se termine bien malgré tous les déboires que le personnage principal rencontre tout au long du roman.

Sherman Alexie a réussi à se mettre dans la peau d'un adolescent de 15 ans, certains passages nous font vraiment penser que c'est vraiment un adolescent dans la manière de parler ou d'agir.

J'ai trouvé intéressant de mêler à la fois la fiction avec des faits historiques, cela nous fait apprendre des choses sur des faits passés, les différents flashbacks permettent de faire passer les infos de manières claires et agréables.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

argali 31/10/2013 11:38

Hou, cela tranche franchement avec la première lecture du blog !
Je passe. Ce genre d'ado, je le connais trop bien et n'ai pas envie de le laisser entrer chez moi quand j'ai refermé la porte du travail. Bise

Jacqueline 31/10/2013 07:16

Je ne connais ni le roman ni l'auteur ..... et après la lecture de ton billet, je n'éprouve nulle envie de les découvrir ... :-)